«Le bouclier et le glaive», l'étrange comparaison de Cambadélis sur Valls et Hollande

HISTOIRE Où il compare Hollande à Pétain...

M.P.

— 

Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis à Paris, le 11 avril 2015
Le premier secrétaire du PS, Jean-Christophe Cambadélis à Paris, le 11 avril 2015 — Alain Jocard AFP

Jean-Christophe Cambadélis est-il un peu fatigué? Mercredi, à l'occasion des trois ans du quinquennat de François Hollande, il a comparé le président de la République à un «bouclier», ajoutant que Manuel Valls était «le glaive» lors de l'émission Questions d'Info (LCP, France Info, AFP, Le Monde).

Or, cette comparaison n'a rien à voir avec Game of Thrones mais tout à voir avec la Seconde guerre mondiale et une théorie assez controversée professée par Raymond Aron, selon laquelle la France, entre 1939 et 1945, a été protégée par «le bouclier», le maréchal Pétain, qui a empêché l'invasion allemande en collaborant avec le régime nazi, et le «glaive», le général de Gaulle, qui s'est battu depuis Londres pour libérer la France.

Une saillie qui n'a pas manqué de faire réagir, y compris des membres du PS:

 

«On s'apercevra à la fin du quinquennat que c'est un homme qui a protégé les Français, y compris d'eux-mêmes», avait développé le député de Paris. Comme on lui opposait la une popularité du Premier ministre plus forte que celle du chef de l'Etat, il a répondu «c'est le glaive et le bouclier».

«François Hollande est un bouclier pour les Français et Manuel valls est un glaive dans les réformes. Il coupe, il avance». Or, à la présidentielle, tous les candidats qui ont voulu être le glaive ont été battus. Tous les candidats qui ont voulu être protecteurs, bouclier, ont été élus», a argumenté Jean-Christophe Cambadélis.