«Fichage» des élèves à Béziers: La gauche condamne Robert Ménard

POLITIQUE Robert Ménard a fait l’unanimité contre lui et ses fichiers d’élèves biterrois…

A.Ch.

— 

Robert Ménard en conférence de presse, le 5 mai 2015 à Béziers
Robert Ménard en conférence de presse, le 5 mai 2015 à Béziers — PASCAL GUYOT AFP

Il y a 64,6% d’enfants de confession musulmane dans les écoles de Béziers: en citant ce chiffre lundi soir au cours de l’émission Mots Croisés, Robert Ménard a mis le feu aux poudres. Ce mardi, la classe politique a été unanime à condamner les statistiques ethniques qui seraient tenues à la mairie de Béziers.

Les tribunaux saisis

Le gouvernement a rappelé, par la voix de Bernard Cazeneuve, puis celle de François Hollande, qu’un tel fichage est «contraire à toutes les valeurs  de la République». «Il y a des principes dans la République et quand ils sont gravement atteints, les tribunaux en sont saisis et des sanctions seront prononcées par les juges compétents», a déclaré le président de la République, alors qu’une enquête préliminaire était ouverte ce mardi et les bureaux de la mairie perquisitionnés.

Suspension du maire de Béziers?

Mais ce mardi, certains députés auraient voulu aller plus loin qu’une seule enquête. Cécile Duflot a appelé à la suspension du maire de Béziers lors des questions au gouvernement.

Mais rien dans la réponse de Najat Vallaud-Belkacem n’indique que le gouvernement ait envie de mettre en application l'article L. 2122-16 du CGCT qui permet la suspension d'un maire par arrêté ministériel.

Parmi les réactions à retenir, on compte également celle de Christiane Taubira, qui fait référence aux «heures sombres» déjà évoquées par Bernard Cazeneuve.