Béziers: Robert Ménard affirme qu'«il n'y a pas de fichage» des élèves scolarisés

POLEMIQUE Le maire de Béziers s’est défendu de ficher les élèves de sa ville…

A.Ch.

— 

Robert Ménard, maire de Béziers, le 28 janvier 2014.
Robert Ménard, maire de Béziers, le 28 janvier 2014. — AFP

Interrogé ce mardi par la presse après une journée de polémique sur le fichage supposé des élèves de Béziers en fonction de leur religion, Robert Ménard a affirmé que «personne n’a fiché et ne fichera jamais les enfants à Béziers.» Alors qu’une perquisition est en cours à la mairie de Béziers, Robert Ménard a dit qu’il réservait l’origine des chiffres cités ce lundi soir au juge d’instruction.

>> A lire: Fichage d'élèves à Béziers: Le parquet ouvre une enquête préliminaire, perquisitions en cours à la mairie

Le maire de Béziers a dit ne pas avoir été entendu par la police, et a demandé «solennellement à Manuel Valls de faire voter la loi qu’il avait déposée en 2009 sur le comptage ethnique.»

«Pardon de le dire, les prénoms disent les confessions»

Lundi soir, dans l'émission Mots croisés sur France 2, Robert Ménard a indiqué se servir des prénoms pour établir des statistiques sur les confessions religieuses des élèves de sa commune. Il y a «64,6%» d'élèves de confession musulmane, a affirmé le maire de Béziers en cours de l'émission qui portait sur la crise au sein du FN, sans explication sur l'origine de son chiffre.

«Ce sont les chiffres de ma mairie. Pardon de le dire, le maire a, classe par classe, les noms des enfants. Je sais que je n'ai pas le droit de le faire. Pardon de le dire, les prénoms disent les confessions. Dire l'inverse, c'est nier l'évidence», a répondu Robert Ménard en toute fin d'émission à un internaute qui s'interrogeait sur ce pourcentage.