VIDEO. Front national: Suspendu du parti, Jean-Marie Le Pen dénonce «une félonie»

PROPOS POLEMIQUES Le bureau exécutif du FN a décidé de lancer une procédure pour supprimer le statut de président d'honneur...

N.Beu.

— 

Jean-Marie Le Pen arrive au siège du Front national, à Nanterre, le 4 mai 2015.
Jean-Marie Le Pen arrive au siège du Front national, à Nanterre, le 4 mai 2015. — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Le FN vers un congrès extraordinaire. Le bureau exécutif, réuni ce lundi pour examiner les propos polémiques de Jean-Marie Le Pen à Rivarol et à BFMTV, a «constaté à la majorité de ses membres la nécessité de supprimer l’article 11 bis des statuts du Front national relatif à la présidence d’honneur», indique le parti de Marine Le Pen dans un communiqué. Les adhérents seront donc consultés via une «assemblée générale extraordinaire» convoquée par la présidente du FN et qui sera organisée «dans un délai de trois mois par correspondance» afin de modifier les statuts. En attendant, Jean-Marie Le Pen est «suspendu» de sa qualité d'adhérent.

«C'est une félonie», a réagi le cofondateur du FN auprès de l'AFP, assurant que les adhérents du parti «allaient être indignés» de la décision du bureau politique. «Ils doivent s'attendre à tous les moyens» de recours possibles, a-t-il poursuivi. A l'adresse de sa fille, Jean-Marie Le Pen a été encore plus virulent. «Je souhaite que Marine Le Pen se marie au plus vite pour qu'elle ne porte plus le même nom que moi», a-t-il ainsi déclaré sur RMC.

De quoi est fait l'avenir de Jean-Marie Le Pen? Les trois pistes par ici

«Dans [la] perspective [de l'AG], le bureau politique sera réuni afin d’élaborer et de proposer aux adhérents une rénovation plus complète des statuts du Front national», précise par ailleurs le parti. Son objectif: «moderniser» son organisation, «perfectionner» son organisation en vue des échéances électorales et «créer une dynamique majoritaire». Et surtout mettre un terme à la crise qui frappe le parti depuis qu'a commencé l'affrontement entre Jean-Marie Le Pen et sa fille Marine.

Au mois d'avril, la nouvelle sortie médiatique de Jean-Marie Le Pen sur les chambres à gaz, «détail» de l'histoire, sur le maréchal Pétain et sur le «monde blanc» avait en effet mis le feu au parti. Marine Le Pen avait convoqué son père devant le bureau exécutif, arguant de sa «récidive» pour justifier cette mesure. Elle avait dit souhaiter que son père puisse garder sa liberté d'expression sans que celle-ci «n'engage le FN». Son vœu a été exaucé.