Cote de popularité: Hollande perd deux points, Valls en gagne trois

POPULARITE Dans ce nouveau baromètre TNS Sofres, il est aussi à noter que les ténors de l’UMP progressent…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président François Hollande (d) et le Premier ministre Manuel Valls, le 14 avril 2015 à l'Elysée, à Paris
Le président François Hollande (d) et le Premier ministre Manuel Valls, le 14 avril 2015 à l'Elysée, à Paris — Alain Jocard AFP POOL

François Hollande perd deux points de confiance en un mois, à 16%, et Manuel Valls en gagne trois à 35% dans le baromètre TNS Sofres pour le Figaro Magazine à paraître jeudi, qui marque une progression des ténors de l'UMP.

82% des sondés disent ne pas faire confiance au chef de l’Etat

Dans cette enquête publiée mercredi, le chef de l'Etat redescend pratiquement - un point au-dessus seulement - au niveau de confiance (15%) enregistré en décembre, avant la vague d'attentats meurtriers en France. Il avait alors connu une embellie notable, remontant jusqu'à 23% en février. Avec 16% (-2 par rapport à avril), il n'atteint pas, cependant, son plus bas de novembre 2014 (13%).

82% des personnes interrogées disent ne pas faire confiance au chef de l'Etat, soit une hausse inhabituelle de 5 points. Son Premier ministre voit en revanche sa cote de confiance gagner 3 points à 35%, tandis que la défiance est inchangée, à 62%. Après la vague d'attentats, en février, il avait rassemblé jusqu'à 48% de confiants.

Alain Juppé toujours au top

Le député-maire UMP de Bordeaux, Alain Juppé, candidat à la primaire présidentielle, garde la tête du palmarès des «cotes d'avenir» des politiques, engrangeant même trois points à 42%.

Il devance de 10 points le président de son parti Nicolas Sarkozy, qui gagne aussi 3 points à 32%. L'ancien Premier ministre François Fillon le suit de près, puisqu'il gagne 4 points à 30%. Ces trois-là forment le trio de tête du classement des personnalités, toutes tendances politiques confondues.

 

Sondage réalisé du 22 au 25 avril auprès d'un échantillon national de 1.000 personnes représentant la population de 18 ans et plus, interrogées en face-à- face à leur domicile (méthode des quotas).