FN: Marine Le Pen «très fâchée» contre Jean-Marie Le Pen

REACTION La présidente du parti a expliqué depuis New York qu'elle en voulait toujours à son père...

A.-L.B.
— 
Marine Le Pen, présidente du FN, le 21 avril 2015 à New York, aux Etats-Unis.
Marine Le Pen, présidente du FN, le 21 avril 2015 à New York, aux Etats-Unis. — SIPANY/SIPA

La violente brouille politico-familiale au Front national n’est pas prête de s’éteindre. Quelques jours après les prises de bec entre Jean-Marie Le Pen et plusieurs cadres du FN, dont la présidente du parti Marine Le Pen, la fille en veut toujours terriblement au père.

Front national: Retour sur 15 jours de psychodrame

Depuis New York, où elle a assisté à une soirée de gala du magazine américain Time, Marine Le Pen a confié à Paris-Match qu’elle ne parle plus à son père. «On ne se parle pas. J’ai pris certes des nouvelles quotidiennes de lui pendant son incident cardiaque. Mais je suis très fâchée», a-t-elle expliqué.

«Je ne lui ai jamais manqué en tant que fille et militante»

Revenant sur l’incendie du domicile du cofondateur du FN, fin janvier 2015, Marine Le Pen a évoqué: «Quand sa maison a brûlé, il a vécu pendant un mois et demi chez moi. Ça s’est plutôt bien passé. C’est aussi pour cela que je comprends d’autant moins son acte d’hostilité avec l’interview à Rivarol [où Jean-Marie Le Pen a évoqué une sensibilité pétainiste et violemment critiqué Florian Philippot].

La blessure est intime, selon la femme politique. «Je considère que je ne lui ai jamais manqué en tant que fille et militante». «[Jean-Marie Le Pen] a du mal à accepter le fait que je puisse avoir une légitimité en dehors de lui. Il ne reconnaît plus son parti, et pour lui c’est dur. Je crée un parti de gouvernement, lui ne connaît que l’opposition», a-t-elle asséné.

Les propos de Jean-Marie Le Pen à BFMTV puis dans Rivarol, début avril, ont rouvert les hostilités entre le président d’honneur du FN et plusieurs cadres frontistes. Jean-Marie Le Pen, qui briguait l’investiture en Paca aux régionales de décembre 2015, s’est finalement retiré au profit de sa petite-fille, la députée Marion Maréchal-Le Pen.