Laurence Parisot voulait recruter Emmanuel Macron au Medef

ECONOMIE L'ancienne patronne du Medef confie au «Parisien Magazine» qu'elle avait discuté avec Emmanuel Macron pour qu'il la rejoigne au Medef...

O. G.

— 

Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron devant l'Elysée le 15 avril 2015.
Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron devant l'Elysée le 15 avril 2015. — AFP

C’est la révélation phare de la longue interview de Laurence Parisot publiée dans le Parisien Magazine ce vendredi 17 avril. L’ancienne patronne des patrons y clame son soutien pour la loi Macron… et pour le ministre de l’Economie.

«J'ai souhaité qu'il me rejoigne (...)nous avons eu différentes conversations dans ce sens»

Avec qui elle partage une «culture rocardienne». «J'ai rencontré Emmanuel quand il était banquier d'affaires chez Rothschild (entre 2008 et 2012), explique-t-elle. Et j'ai immédiatement compris que nous avions une communauté de pensée», confie-t-elle au Parisien Magazine.

«J'ai souhaité qu'il me rejoigne pour travailler avec moi, nous avons eu différentes conversations dans ce sens, poursuit Laurence Parisot. Mais il préparait son engagement au côté de François Hollande pour la présidentielle de 2012.» Et l’ancienne chef du Medef d’expliquer que Macron arrivé à l’Elysée, ils ont ensuite travaillé «en bonne entente, même si [leurs] désaccords sur la fiscalité étaient grands.

Cinq choses que vous ne savez peut-être pas sur Emmanuel Macron

«Accessible et réaliste»

Laurence Parisot va même jusqu’à dresser un parallèle entre Emmanuel Macron et Sarkozy. «Il est engagé, intelligent, accessible et réaliste. (…) S’il y a une caractéristique commune à Manuel Valls, Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy, c’est bien d’être dans le réel. Et à la recherche de l’efficacité.» Le ministre socialiste appréciera (ou pas).

Quant à la loi Macron, Laurence Parisot estime qu’elle «injecte de la souplesse et de la modernité dans le système ». Mais la vice-présidente de l’institut de sondages Ifop, aurait aimé que la loi Macron aille plus loin. Notamment pour s’attaquer aux 35 heures, un «tabou» selon l’ancienne dirigeante du Medef.