Premier Conseil des ministres fini, la famille Bétancourt pleine d'espoir

— 

Reuters
17h57, Bercy
Passation de pouvoir au ministère de l’Economie, des Finances et de l'Emploi. Le ministre sortant, Thierry Breton, prévient l’entrant, Jean-Louis Borloo, qu'il va devoir commenter les chiffres de l'économie française, «un exercice qui n'est pas toujours simple, qui requiert un peu de doigté, beaucoup de modestie et d'humilité». Avant de quitter Bercy, Thierry Breton s'est dit «serein, apaisé». «On n'a pas tout réussi mais on a essayé de faire beaucoup», a-t-il dit. Selon son entourage, il devrait désormais se consacrer à l'enseignement, au moins pendant quelques mois. De son côté, Jean-Louis Borloo a promis qu'il allait «essayer de faire aussi bien» que son prédécesseur.

17h55, Paris
Michèle Alliot-Marie, qui a rejoint le ministère de l'Intérieur après cinq ans à la tête de la Défense, rend hommage aux armées. «Les progrès que nous avons accomplis ensemble n'auraient pas été possibles sans votre haut sens du devoir et de l'Etat, sans les valeurs de dévouement et de générosité que vous incarnez avec grandeur et panache», déclare-t-elle dans un message. «Si, en cinq ans, la crédibilité de nos forces armées a été considérablement renforcée et la confiance avec la Nation restaurée, cet effort n'en devra pas moins être poursuivi, notamment dans la prochaine loi de programmation 2009-2014».

Vers 17h40, palais de l'Elysée
Le premier Conseil des ministres s'achève.

17h37, Paris
Hubert Védrine (PS), approché par Nicolas Sarkozy en vue de la formation du gouvernement, explique que les conditions de son retour au Quai d'Orsay n'étaient pas réunies. «Homme de gauche, je n'étais demandeur de rien», déclare-t-il dans un communiqué. «Je pense qu'il est essentiel pour la France que le ministère des Affaires étrangères soit fort, qu'il soit doté de moyens suffisants et que son rôle dans l'ensemble des négociations où nous avons à défendre nos intérêts et à promouvoir nos valeurs soit reconnu. Cela a été le cas de 1997 à 2002, lorsque je l'ai dirigé sous l'autorité de Jacques Chirac et Lionel Jospin. J'ai constaté que ce qui était prévu par Nicolas Sarkozy était différent. Néanmoins je considère qu'une tentative d'ouverture ne doit pas été rejetée dans son principe et j'adresse à Bernard Kouchner tous mes voeux de réussite dans sa nouvelle responsabilité».

17h21, Paris
Mélanie Bétancourt, fille d’Ingrid, et son frère Lorenzo, Astrid Betancourt, la soeur d'Ingrid, et Fabrice Delloye, sont ex-mari, père de ses enfants, ont été reçus à l'Elysée par Nicolas Sarkozy. «C'est un moment très très fort», déclare Mélanie aux journalistes. Le Président «nous a prouvé que sa détermination était forte, on sent à quel point il est engagé jusqu'au bout pour la libération de maman». «C'est un moment d'espoir et de confiance. Ca peut changer tout, le fait qu'il ait appelé lui même Uribe [le président colombien}, c'est avec ce type de dialogue que l'on peut faire changer les choses en Colombie», a-t-elle jugé alors que les tentatives de négociation entre les FARC et le gouvernement colombien ont toujours avorté.

16h53, Paris
L’Elysée annonce que Nicolas Sarkozy recevra le président du parlement européen, Hans-Gert Pöttering, lundi à 9H15.

16h52, palais de l’Elysée
Le premier Conseil des ministres du gouvernement Fillon débute après l'arrivée, un par un, des quinze ministres nommés dans la matinée, attendus par une centaine de journalistes, photographes et cameramen.

16h50, Paris
Alain Juppé, véritable numéro deux du gouvernement, prend avec «enthousiasme, curiosité et détermination» les rênes de l'Ecologie, du Développement et de l'Aménagement durables. Seul ministre d'Etat du gouvernement Fillon - un «titre honorifique et protocolaire», sourit-il, qui néanmoins traduit son poids politique et son autorité - il recevra dès lundi avec le chef de l'Etat Nicolas Sarkozy les ONG, les experts et les industriels, pour préparer avec eux le «Grenelle de l'environnement» promis à l'automne.

15h57, quai d’Orsay
L'Europe sera «notre détermination première», déclare le nouveau chef de la diplomatie française, Bernard Kouchner. «Ce qui avance le plus, c'est peut-être la perspective, le rêve européen», a précisé celui qui pense que la France a un «un rôle particulier à jouer» dans le monde.

15h54, place Vendôme
Passation de pouvoir entre ministres de la Justice. La nouvelle garde des Sceaux Rachida Dati assure qu'elle entend mettre «très rapidement» en oeuvre les promesses de Nicolas Sarkozy en matière de justice. Sans citer ces engagements, la nouvelle ministre assure que «bien entendu, les membres des professions judiciaires auraient toute leur place dans le projet» que le gouvernement mettra en oeuvre. «La justice doit avoir les moyens d'être rapide et efficace. Soyez assurés que je serai son avocate pour que sa nécessaire modernisation soit effectivement financée», a-t-elle lancée en direction des magistrats, qui réclament tous davantage de moyens financiers.

15h53, Paris
François Fillon demande à Jean-François Copé de «réfléchir à la modernisation du travail parlementaire». Le ministre délégué au Budget sortant avait annoncé mercredi soir que Nicolas Sarkozy et François Fillon lui avaient proposé la présidence du prochain groupe UMP à l'Assemblée nationale.

15h52, palais de l’Elysée
Nicolas Sarkozy, qui a effectué son premier déplacement de chef de l'Etat à Toulouse auprès des salariés d'Airbus, est de retour.

15h08, Paris
Un Saint-Cyrien, préfet des Vosges depuis 2005, Patrice Molle, rejoint le nouveau ministre de la Défense Hervé Morin comme directeur de cabinet.

14h57, Bordeaux
Nouvelle époque. Fini l’interdiction du cumul des mandats au gouvernement. Le nouveau ministre de l'Ecologie, du développement et de l'aménagement durables Alain Juppé conservera ses fonctions à la mairie de Bordeaux et représentera sa candidature aux municipales en 2008.

14h11, rue de Valois, Paris
Christine Albanel,
nouvelle ministre de la Culture, affirme qu'elle allait «s'engager pour les créateurs et la création sous toutes ses formes» lors de la passation de pouvoir vendredi avec son prédécesseur Renaud Donnedieu de Vabres.

13h58, Paris
Nicolas Sarkozy
a demandé à Patrick Devedjian, député-maire UMP d'Antony (Hauts-de-Seine), de devenir le nouveau patron de l’UMP. Lundi, il avait fait part de son amertume: « Je suis pour aller très loin dans l'ouverture, très loin, y compris jusqu'aux sarkozystes».

13h49, Paris
Valérie Pécresse
se veut rassurante: «J'ai entendu les angoisses exprimées par les étudiants, il faut redonner confiance à la jeunesse: je serai aussi la ministre des étudiants».

13h44, Bercy, Paris
Le nouveau ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, Eric Woerth, a promis qu'il serait aussi «le ministre des économies». Lors de la passation de pouvoirs, l'ancien ministre de l'Economie et des Finances Thierry Breton, visiblement ému, l'a encouragé à «utiliser à bon escient l'arme très importante (...) du désendettement de la Nation».

13h33, place Beauvau, Paris
La nouvelle ministre de l'Intérieur, Michèle Alliot-Marie, a souhaité être le ministre de forces de l'ordre «reconnues, respectées et aimées», lorsque François Baroin lui a passé les pouvoirs après 50 jours Place Beauvau qui auront été «l'honneur de (sa) vie». Tailleur jupe noire et veste blanche, Michèle Alliot-Marie, devant les membres du Cabinet sortant, de sa propre équipe et la presse, s'est dite investie d'un «grand honneur», mais aussi d'une «grande charge: être au coeur de l'Etat, de ce que nos compatriotes attendent pour leur sécurité».


13h21, rue St-Dominique, Paris
«C'est beaucoup d'émotion parce que j'ai été collaborateur d'un ministre de la Défense que j'ai beaucoup aimé, François Léotard, et que j'y ai vécu les deux plus belles années de ma vie professionnelle», déclare Hervé Morin à l'issue de la passation de pouvoir avec la ministre sortante, Michèle Alliot-Marie.


13h02, Paris
François Fillon
rassure ses troupes: «Chacun est libre» au sein de son gouvernement. Il ne «demande à personne de renoncer à ses convictions», en allusion aux ministres UDF et issus de la gauche. «Tout le monde parlait de l'ouverture depuis très longtemps, on la fait».

12h35, Toulouse

Nicolas Sarkozy annonce que le ministre de l'Economie Jean-Louis Borloo «déposera un texte» sur «l'éthique et la moralisation» cet été, visant à interdire les «parachutes dorés», indemnités de départ de grands patrons.

12h29, rue de Solferino, Paris
Bernard Kouchner n'était «plus membre du parti socialiste», après sa nomination comme ministre des Affaires étrangères du gouvernement Fillon, précise François Hollande.

12h26, Toulouse
Nicolas Sarkozy s’engage à maintenir et pérenniser le site EADS de Méaulte (Somme), qui est menacé de fermeture.

12h19, Toulouse
Première annonce forte, Nicolas Sarkozy annonce la tenue d'une réunion «début juillet» à Toulouse avec la chancelière allemande Angela Merkel sur la question d'EADS.

12h12, Toulouse
L'Etat fera «son devoir» pour EADS, y compris s'il faut une augmentation de capital pour cette entreprise, assure Nicolas Sarkozy.

12 heures, Toulouse
Nicolas Sarkozy arrive à Toulouse pour rencontrer les salariés d’EADS, comme il s’y était engagé avant son élection.

11 heures, Boulevard St Germain, Paris
Début des passations de pouvoir dans les ministères. Au ministère des Transports, Alain Juppé a expliqué que son ministère serait organisé autour de «quatre pôles opérationnels»: les transports et les déplacements, un pôle «habitat aménagement urbain et aménagement du territoire», comprenant l'écoconstruction, un pôle «politiques énergétiques» et un pôle «gestion des espaces naturels». Première annonce d’envergure: il y aura à l’automne «un Grenelle de l'environnement».

10h30 Paris XVIIIe
Premier déplacement officiel de François Fillon en tant que chef du gouvernement en visitant à Paris (XVIIème) un foyer accueillant des mères isolées en grande difficulté.

9h40, Palais de l’Elysée
Avec cinq minutes d’avance sur l’horaire annoncée, Claude Guéant annonce la composition du nouveau gouvernement.

Déjeuner à Toulouse, dîner à Brégançon

L’après-midi sera tout aussi chargé. A 16 heures, Nicolas Sarkozy recevra à l'Elysée la famille d'Ingrid Betancourt. Jeudi, le président de la République avait affirmé au président colombien Alvaro Uribe, lors d'une conversation téléphonique, qu'il était «déterminé à obtenir le retour d'Ingrid Betancourt», la Franco-colombienne otage des Farc depuis le 23 février 2002, selon le porte-parole de l'Elysée David Martinon.

Un entretien qui ne devrait pas durer plus d’une demi-heure: à 16h30, Nicolas Sarkozy présidera le premier conseil des ministres du gouvernement Fillon. Le président reprendra l’avion pour rejoindre Cécilia Sarkozy, arrivée au fort de Brégançon jeudi.