Un rapport propose des solutions pour enrayer le gaspillage alimentaire

ALIMENTATION L'ancien ministre de l'Agroalimentaire Guillaume Garot présente ce mardi au gouvernement une série de mesures concrètes contre le gaspillage alimentaire...

L.C.

— 

Chaque année, un Français jette 20 kilos de nourriture. À Toulouse, une opération Disco coupe organisée en février 2013 propose de cuisiner des légumes invendus en musique pour lutter contre le gaspillage alimentaire.
Chaque année, un Français jette 20 kilos de nourriture. À Toulouse, une opération Disco coupe organisée en février 2013 propose de cuisiner des légumes invendus en musique pour lutter contre le gaspillage alimentaire. — LANCELOT FREDERIC/SIPA

Chaque année, un Français gaspille 20 kilos d’aliments, dont 7 kilos de produits encore emballés. La tendance n'est pas à la baisse: en 40 ans, le pourcentage de nourriture gâchée a doublé. Face à cette envolée, le gouvernement a, lui, annoncé son objectif de diviser par deux le gaspillage alimentaire d’ici 2025.

Pour lutter contre ce fléau aux enjeux économiques, éthiques et environnementaux, l’ancien ministre de l’Agroalimentaire Guillaume Garot avance ce mardi une série de solutions pour responsabiliser «tous les acteurs de la chaîne alimentaire». Voici les principales mesuresde ce rapport téléchargeable sur le site du ministère de l'argiculture.

  • «Interdiction de jeter» et de «javelliser» les aliments pour les grandes surfaces, qui seront sanctionnées passé un délai de mise en œuvre.
  • «Donner plutôt que jeter» : les supermarchés seront obligés d’établir des conventions avec des associations d'aide alimentaire pour donner les invendus.
  • Création de rayons «anti-gaspillage» dans les grandes surfaces, pour inciter le consommateur à acheter des produits approchant de la date de péremption, à moindre prix.
  • Des informations plus «accessibles» et «lisibles» pour le consommateur sur l’état des denrées alimentaires.
  • Développement de nouveaux débouchés pour les denrées ne pouvant plus être consommées par l’homme, vers les circuits de l’alimentation animale ou de la valorisation énergétique à travers le procédé de méthanisation.
  • Défiscaliser les dons alimentaires pour les producteurs agricoles, pour les inciter à donner leur surplus en cas de surproduction ou d'aléas économiques causés par exemple par l'embargo russe mis en place l'été dernier.
  • Mise en place d’une agence nationale contre le gaspillage alimentaire chargée de «lever les verrous et les blocages administratifs».

Un tiers des aliments produits dans le monde sont gaspillés

Selon la Food and Agriculture Organization (FAO), 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont perdus chaque année avant même d’être consommées par les ménages, ce qui représente jusqu’à un tiers de la production mondiale, tandis qu'une personne sur 9 souffre de la faim (805 millions de personnes dans le monde). L’Europe fait partie des régions gaspillant le plus (95 kilos par personne et par an), derrière l’Amérique du Nord et l’Océanie (115 kilos par personne et par an).

Selon le rapport de Guillaume Garot, le gaspillage alimentaire en France représente une somme de 12 à 20 milliards d'euros par an.

Un premier pas au Sénat

Le Sénat a adopté vendredi, à l'unanimité, un amendement autorisant les supermarchés à distribuer leur nourriture invendue à des associations d’aide alimentaire, dans le cadre de la loi Macron. Si l'Assemblée nationale vote également pour cette disposition, elle pourra entrer en vigueur.