Suicide de Jean Germain: Ses derniers SMS ne laissaient rien présager

JUSTICE «C’est injuste» et «Je te remercie, je t’embrasse fort», a écrit l’ex-maire de Tours à deux amis qui lui apportaient son soutien une heure avant le début du procès…

F.P.

— 

Jean Germain et Manuel Valls, à Tours, en août 2013.
Jean Germain et Manuel Valls, à Tours, en août 2013. — GUILLAUME SOUVANT

Aux dires de ses proches, s’ils semblaient abattu ces derniers jours, rien ne laissait présager le suicide de Jean Germain, sénateur PS et ex-maire de Tours, au premier jour de son procès dans l’affaire des «mariages chinois». Pas même les derniers sms que Jean Germain a échangé quelques heures avant de se donner la mort.

A 7h30, mardi, soit 1h30 avant le début du procès, Philippe Briand, président départemental de l’UMP, envoie ainsi un texto à Jean Germain pour lui souhaiter du courage et lui redire son amitié, rapporte La Nouvelle République. Jean Germain lui répond alors «Je te remercie, je t’embrasse fort».

Jean Germain, mal psychologiquement

L’ex-maire de Tours enverra, toujours vers 7h30, un autre SMS, destiné au député PS Jean-Patrick Gille, venu lui aussi lui témoigner son soutien pour le procès. «C’est injuste», avait-il écrit seulement. «A 9h45, on m'a averti qu'il ne s'était pas présenté au tribunal. Inquiet, je suis alors parti à sa recherche dans les rues de Tours avec quelques amis», raconte Jean-Patrick Gille à L'Express.

La veille du procès aussi, Jean Germain répondait au téléphone. Il s’était entretenu avec son avocat Dominique Tricaud. «Nous avons échangé au téléphone jusqu'à 21 heures environ. Je lui disais que je partirai à 7 heures de Paris et il m'avait répondu que je serai à la bourre» , raconte l'avocat, cité par Metronews. Dominique Tricaud indique que Jean Germain lui a semblé «mal psychologiquement» le week-end mais précise que son client a travaillé les deux jours à préparer sa défense avec son assistant parlementaire.