UMP: Le parti va officiellement être renommé «Les Républicains»

POLITIQUE Les nouveaux statuts du parti seront adoptés le 5 mai. «Un moment démocratique fort», promet Nathalie Kosciusko-Morizet... 

20 Minutes avec AFP

— 

Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente de l'UMP, et Nicolas Sarkozy, son président, le 8 avril 2015 à un meeting au siège du parti
Nathalie Kosciusko-Morizet, vice-présidente de l'UMP, et Nicolas Sarkozy, son président, le 8 avril 2015 à un meeting au siège du parti — AFP

Les nouveaux statuts de l'UMP, qui sera rebaptisée «Les Républicains» selon des sources concordantes dans le parti, seront débattus lors du bureau politique du 14 avril et définitivement adoptés le 5 mai, a indiqué mercredi Nathalie Kosciusko-Morizet à l'AFP.

Un congrès UMP à la Grande Halle de la Villette le 30 mai

Trois semaines plus tard, le 30 mai, se tiendra à la Grande Halle de la Villette à Paris le congrès de l'UMP, d'où émergera la nouvelle formation voulue par son président Nicolas Sarkozy.

La commission chargée de l'élaboration de ces nouveaux statuts, qu'elle préside, a travaillé autour de « trois axes, définis par Nicolas Sarkozy pendant sa campagne pour la présidence de l'UMP: décentralisation, démocratisation, modernisation », a affirmé Nathalie Kosciusko-Morizet.

L'innovation la plus importante devrait être l'élection du président de chaque fédération départementale au suffrage direct des militants, jusqu'ici choisi par le comité départemental de l'UMP, ce qui obligera les candidats à ce poste à faire « la course aux adhésions », se félicite la numéro deux du parti.

«Un moment démocratique fort»

«Ce sera un moment démocratique fort», insiste NKM, en précisant que les élections des présidents de fédérations se dérouleront «fin septembre».

Les nouveaux statuts acteront également la suppression des cinq «mouvements» (ou courants) de l'UMP, dont la reconnaissance, fin 2012, avait constitué une première à droite, les courants existant depuis longtemps au PS.

Parmi eux figuraient la très sarkozyste «Droite forte», ou encore la Droite sociale de Laurent Wauquiez (actuel secrétaire général de l'UMP).