La France, mauvaise élève des donateurs OCDE pour l'aide au développement

PAUVRETE Alors que l’Allemagne, la Finlande, la Suède ou la Suisse ont augmenté la leur, la France a baissé sa contribution de 9,2% en 2014…

20 Minutes avec AFP

— 

Les «apports nets d'aide publique au développement» effectués par près d'une trentaine de pays membres de l'OCDE ont atteint 135,2 Mds de dollars (124,3 Mds d'euros) en 2014.
Les «apports nets d'aide publique au développement» effectués par près d'une trentaine de pays membres de l'OCDE ont atteint 135,2 Mds de dollars (124,3 Mds d'euros) en 2014. — Soe Than Win afp.com

L'apport de la France à l'aide au développement a reculé en 2014, tout comme l'aide destinée «aux pays les plus pauvres», alors que les contributions totales sont restés à leur niveau record de 2013, selon des chiffres publiés mercredi par l'OCDE.

Les «apports nets d'aide publique au développement» (APD), effectués par près d'une trentaine de pays membres de l'OCDE regroupés dans le Comité d'aide au développement (CAD), ont atteint 135,2 Mds de dollars (124,3 Mds d'euros), «à égalité avec le record» déjà enregistré en 2013, a indiqué l'Organisation de coopération et de développement économiques dans un communiqué.

Un signe «encourageant» pour le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, qui salue ce «niveau record» de l'aide au développement, «alors que les pays donateurs sortent à peine de la plus grave crise économique» connue.

Un bémol : l’aide bilatérale aux pays les moins avancés recule de 16%

Néanmoins, en 2014 «l'aide bilatérale aux pays les moins avancés a reculé de 16 %», atteignant 25 milliards de dollars, selon les données provisoires du CAD, l'instance de l'OCDE en charge de ce dossier. «Une grande partie de ce repli s'explique par le niveau exceptionnellement élevé de l'allégement de dette consenti au Myanmar en 2013», relativise l'OCDE.

En outre, « même sans tenir compte des allégements de dette, l'APD aux pays les plus démunis a diminué de 8% », ajoute-t-il.

La France baisse sa contribution de 9,2%

Parmi les 28 pays donateurs et membres du CAD, la France fait figure de mauvais élève avec une contribution en baisse de 9,2% en 2014. « A quelques mois de la conférence d'Addis Abeba pour le financement du développement et de la conférence climat de Paris », cette baisse est « un mauvais point pour la crédibilité de la France en 2015 », a réagi la direction de l'ONG One France, dédiée à la lutte contre l'extrême pauvreté et les maladies notamment en Afrique.

«Il y a clairement un manque de volonté politique», a estimé pour sa part l'un des responsables de Oxfam France, Christian Reboul. L'ONG dénonce également un « plus bas niveau d'investissement » dans l'aide au développement «depuis 2001», soit «moitié moins que l'objectif de 0,7%» fixé par «de nombreux pays industrialisés».

Treize pays membres ont toutefois augmenté leur versement d'APD en 2014, «les plus fortes hausses étant observées en Allemagne, en Finlande, en Suède et en Suisse», précise l'OCDE.