Mort de Jean Germain: Mis en cause, ces hommes politiques se sont suicidés

FAITS DIVERS Le suicide présumé de l'ancien maire de Tours fait écho au destin d'autres hommes politiques, qui se sont donné la mort...

20 Minutes avec AFP

— 

Il y a vingt ans, le 1er mai 1993, le long d'un canal de la Nièvre, Pierre Bérégovoy, qui venait un mois plus tôt de quitter Matignon, se tirait une balle dans la tête sans un mot d'explication, après la déroute retentissante des socialistes aux législatives.
Il y a vingt ans, le 1er mai 1993, le long d'un canal de la Nièvre, Pierre Bérégovoy, qui venait un mois plus tôt de quitter Matignon, se tirait une balle dans la tête sans un mot d'explication, après la déroute retentissante des socialistes aux législatives. — Mario Goldman AFP

Ils ont mis fin à leurs jours. Ce mardi, le sénateur PS et ex-maire de Tours, Jean Germain, 67 ans, a été retrouvé mort d'une balle dans la tête à son domicile. Un fait divers qui rappelle le destin tragique de ces hommes politiques français qui, mis en cause dans des affaires judiciaires, se sont donné la mort.

Pierre Bérégovoy

Le 1er mai 1993, le corps de l'ancien premier ministre socialiste, Pierre Bérégovoy, 67 ans, est découvert le long d'un canal de la Nièvre. L'enquête conclut au suicide de l'homme politique d'une balle dans la tempe. Il n'a laissé aucun mot d'explication. Militant autodidacte issu du syndicalisme, devenu Premier ministre de François Mitterrand, il a mis fin à ses jours alors que des suspicions de corruption pesaient sur lui et que la gauche venait de subir une lourde défaite aux législatives.

Roger Salengro

Quelques décennies plus tôt, le 16 novembre 1936, une campagne de presse de l'hebdomadaire d'extrême droite Gringoire, qui l'accusait d'avoir déserté en 1915, pousse Roger Salengro à mettre fin à ses jours. Ministre de l'Intérieur socialiste dans le gouvernement du Front populaire, il avait 46 ans.

Yves Claudey

Le 9 avril 2011, presque trois ans jour pour jour avant le décès de l'ancien édile tourangeau, le maire de Clairvaux-les-Lacs (Jura), Yves Claudey. Agé de 62 ans, il avait admis avoir détourné de l'argent public et avait reconnu des remboursements indus de frais de déplacements à hauteur de 1.350 euros.

Jacques Bouille

Il s'est ôté la vie en prison. Le 24 mai 2009, le maire UMP de Saint-Cyprien (Pyrénées-Orientales) Jacques Bouille. Elu depuis 1989, l'homme de 62 ans était en détention provisoire depuis la fin 2008 pour «prise illégale d'intérêts et corruption». Il avait été exclu de l'UMP début 2009.

Claude Massoure

Le 28 février 2005, à 68 ans, Claude Massoure, maire de Luz-Saint-Sauveur (Hautes-Pyrénées) depuis 1977 et ancien conseiller général socialiste, se donne la mort. Il avait été condamné en 2004 à 30.000 euros d'amende et à deux ans d'inéligibilité pour «favoritisme et détournements de fonds publics» dans son ancienne fonction de président du Syndicat départemental d'électrification.

André-Charles Blanc

Il avait été relaxé un mois auparavant par le tribunal correctionnel de Grasse dans une affaire de dépassement de la hauteur autorisée d'un théâtre, dans laquelle Pierre Cardin avait été condamné à 200.000 francs d'amende. Pourtant, le 1er novembre 1998, le maire RPR de Théoule-sur-Mer (Alpes-Maritimes) André-Charles Blanc, 55 ans, se donne la mort par balle dans le cimetière de sa commune. 

Yves Laurent

Il n'avait que 39 ans. Le 13 septembre 1991, Yves Laurent, maire socialiste de Saint-Sébastien-sur-Loire (Loire-Atlantique) et conseiller général, se suicide dans sa voiture. Il avait peu avant été cité dans la presse dans les affaires de fausses factures concernant le financement du Parti socialiste.

Robert Boulin

Le mystère plane encore autour des causes de sa mort. Le 30 octobre 1979, Robert Boulin, ministre de Valéry Giscard d'Estaing et pressenti pour Matignon, est retrouvé mort dans un étang à Saint-Léger-en-Yvelines (Yvelines), dans 50 cm d'eau. Selon la thèse officielle, Robert Boulin, mis en cause dans une affaire immobilière à Ramatuelle (Var), s'est suicidé en absorbant des barbituriques. Mais pour sa famille, il s'agit d'un assassinat politique.