François Hollande à Izieu: «Il y a besoin de combattants pour prévenir et pour vaincre la barbarie»

COMMEMORATION Le chef de l'Etat est venu rendre hommage aux victimes de la rafle d'Izieu, 71 ans après...

V.P.
— 
François Hollande lors de sa visite du mémorial de la maison d'Izieu le 6 avril 2015.
François Hollande lors de sa visite du mémorial de la maison d'Izieu le 6 avril 2015. — Jean-Philippe Ksiazek/AFP

Le président de la République s'est rendu ce lundi à la maison d'Izieu, dans l'Ain, pour commémorer la mémoire de 44 enfants juifs et de leurs sept éducateurs, 71 ans après leur rafle. Déportés, ils avaient été quasiment tous été assassinés ensuite, à l'exception d'une éducatrice.

Accompagné de la ministre de l'Éducation, Najat Vallaud-Belkacem, du secrétaire d'État chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, Jean-Marc Todeschini, et d'une dizaine d'anciens pensionnaires de la maison, François Hollande est le premier président à se rendre dans ce lieu devenu un musée de la mémoire, depuis la visite de François Mitterrand en 1994.

Un plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme

Lors de son discours, le chef de l'Etat a salué «un symbole de mémoire et de fraternité» et a rappelé que «les lieux de mémoire» comme ce refuge pour enfants juifs pendant la Seconde guerre mondiale «sont là pour mettre les consciences en éveil». «Plus que jamais, l’Histoire nous livre des leçons pour le présent, a expliqué François Hollande, en écho avec la recrudescence des actes antisémites et des attentats visant des personnes juives ces derniers mois. Elle nous rappelle qu’il y a besoin de combattants pour prévenir et pour vaincre la barbarie.»

«Le mal ne s'est pas arrêté aux portes de cette maison, il renaît chaque fois que des idéologies totalitaires ou des fondamentalismes religieux s'emparent des passions et des peurs, a-t-il averti rappelant «les 150 étudiants, chrétiens pour la plupart, massacrés par des fanatiques» au Kenya. «En Syrie, en Irak, au moment où je m'exprime, des minorités sont pourchassées pour leur religion, leurs origines, leur tradition, des hommes, des femmes, des enfants. Au Nigeria, des enfants, des jeunes filles sont enlevés, violés et exécutés par une secte qui tue des musulmans au prétexte de l'Islam.»

Le Président de la République a par ailleurs expliqué que le plan de lutte contre le racisme et l’antisémitisme, prochainement présenté par le Premier ministre «fera une place essentielle à la mission éducative» et «prévoit que chaque élève entrera en contact avec un lieu de culture, d’histoire et de mémoire, à chaque temps de la scolarité, primaire, collège et lycée».