VIDÉO. Départementales: 53% des Français contre le «ni-ni» de l’UMP…Pas de plafond de verre pour le FN, estime Philippot…

LE JOURNAL DES DÉPARTEMENTALES Toutes les infos qui font la campagne sont à retrouver tous les jours sur «20 Minutes»...

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, le 24 mars 2015 à Asnières.
Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy, le 24 mars 2015 à Asnières. — Thibault Camus/AP/SIPA

Une majorité de Français désapprouve la stratégie du «ni-ni» de Nicolas Sarkozy

Une majorité des Français (53%) désapprouve la stratégie du «ni-ni» de l'UMP et de Nicolas Sarkozy pour le second tour des élections départementales, selon un sondage CSA pour RTL publié jeudi. Ainsi, 33% des sondés désapprouvent tout à fait et 20% désapprouvent plutôt cette stratégie. 

«Voter pour le FN, c’est sacrifier l’avenir de la jeunesse française».

Le député UMP de Paris François Fillon explique ce jeudi matin que «voter pour le FN, c’est sacrifier l’avenir de la jeunesse française». Le parti frontiste qui «veut remettre la retraite à 60 ans, faire exploser les charges sociales, (…) augmenter le smic (…) le maintien des 35h» et donc «sacrifie l’avenir de la jeunesse française». François Fillon estime par ailleurs que le programme de Marine Le Pen est le même que celui du parti grec Syriza.

Pour Florian Philippot, «il n'y a plus de plafond de verre» pour le FN

Le vice-président du FN a estimé ce jeudi qu'il n'existait «plus de plafond de verre» arrêtant la progression de son parti, en réponse à Jean-Christophe Cambadélis (PS) qui prédit qu'aucun département ne sera conquis par le FN dimanche. A propos du second tour des élections départementales, il a estimé sur RTL que «la marche est haute. Nous avions (...) avant ces élections un élu sur 4.000 sortants. Donc c'était une élection très compliquée pour nous. Malgré cela nous avons fait notre meilleur score historique au premier tour, 25,5% des voix, avec 400.000 voix de plus qu'aux européennes».

Selon Eduardo Rihan-Cypel (PS), Nicolas Sarkozy «a des méthodes d'escroc»

Le député socialiste Eduardo Rihan-Cypel a accusé jeudi le président de l'UMP Nicolas Sarkozy d'avoir «des méthodes d'escroc». Interrogé par Sud Radio sur la consigne de ni-ni (ni FN, ni PS) donnée après le premier tour des départementales par le responsable d'opposition, l'élu PS de Seine-et-Marne y a vu «une grande lâcheté». «C'est ni courage, ni clarté», a ajouté M. Rihan-Cypel. «Il a des méthodes d'escroc, Nicolas Sarkozy, lorsqu'il demande le soutien du PS pour aider les candidats UMP lorsqu'ils sont face au Front national, et ne donne aucune consigne lorsque c'est le PS qui est au second tour face à l'extrême droite.»

Manuel Valls rencontre la FNSEA

La présence annoncée jeudi de Manuel Valls au congrès de la FNSEA, premier syndicat agricole, à Saint-Etienne, est un «signal fort» pour les ruraux, avant le second tour des départementales, a estimé mercredi Xavier Beulin, le président du syndicat.

Hervé Morin (UDI) estime que le programme FN est «plus mélenchoniste que Mélenchon»

Sur le plateau de l'Opinion ce jeudi, le député centriste de l'Eure évoque le programme du Front national, un «programme nationaliste et collectiviste, plus mélenchoniste que Mélenchon». Interrogé sur la capacité du FN à attirer les commerçants et les artisans, Hervé Morin souligne que le vote FN «exprime l'impuissance et la défiance vis-à-vis du monde politique».

Eric Ciotti (UMP) souhaite que l’on «arrête l'expérience socialiste»

Eric Ciotti, secrétaire général adjoint de l'UMP, a déclaré jeudi qu'il fallait «arrêter l'expérience socialiste» en infligeant le 29 mars «un carton rouge» à l'exécutif. Interrogé par France 2 sur l'augmentation du chômage annoncée la veille, le député a jugé qu'elle était de nature à conforter les électeurs «dans leur volonté de rejeter massivement ce pouvoir qui a abîmé notre pays».