Elections départementales: Nicolas Sarkozy reste ferme sur le «ni-ni» de l'UMP

POLITIQUE Invité de RTL ce mardi, le patron de l’UMP a assuré qu’il ne «dévier[ait]» pas de sa ligne politique...

Vincent Vantighem

— 

Paris, le 24 mars 2015. Nicolas Sarkozy réagit aux résultats du premier tour des départementales au micro de RTL.
Paris, le 24 mars 2015. Nicolas Sarkozy réagit aux résultats du premier tour des départementales au micro de RTL. — RTL / 20 MINUTES

Le combat entre Manuel Valls et Nicolas Sarkozy au sujet du FN se poursuit par médias interposés. Jour après jour. A tel point qu’on se demande s’il ne faudra pas organiser un débat entre les deux… Invité de RTL ce mardi matin, le patron de l’UMP a réaffirmé sa position en faveur du «ni FN, ni PS» en vue du second tour, dimanche prochain, des élections départementales, assurant qu’il ne «dévier[ait]» pas de sa ligne politique.

Manuel Valls exhorte la droite à refuser le «ni-ni»

En déplacement en Seine-Saint-Denis lundi, Manuel Valls, le Premier ministre avait, de son côté, exhorté les candidats de droite à refuser cette ligne de conduite, jugeant qu’il s’agissait là d’une faute autant «politique» que «morale» commise par l’ancien chef de l’Etat.

«Pas d’accord avec le FN»

Mais non. «Nous avons fixé une ligne politique dont je ne dévierai pas, il n'y aura pas un accord avec le Front national, et toute personne qui fera un accord avec le Front national nous le mettrons dehors», a assuré Nicolas Sarkozy sur RTL.

Sondage: 44% des Français souhaitent un renforcement du FN

«En même temps nous ne voterons, dans les rares cas où nos candidats ne peuvent pas se maintenir, ni pour les candidats de la gauche, dont nous combattons la politique, ni pour les candidats du Front national avec qui nous n'avons rien à voir», a-t-il affirmé.

«Je garde mes objectifs pour moi»

«Le parti socialiste adore donner des leçons de morale», a dit l'ancien président de la République, ajoutant: «J'ai une dizaine de cas très précis ou les candidats du PS arrivés en troisième position se maintiennent, mais je n'ai pas de commentaires à faire sur la stratégie des socialistes».

«Ceux qui ont voté pour le Front national j'ai envie de dire, c'était votre droit, mais votez pour le Front national et vous aurez un candidat socialiste de plus», a-t-il affirmé.

Ces candidats FN qui ont dérapé et sont qualifiés au second tour...

Si le Front national est au cœur des débats politiques, l’ancien chef de l’Etat n’oublie pas que son parti est arrivé en tête à l’issue du premier tour des élections départementales dimanche. Interrogé à plusieurs reprises par Jean-Michel Aphatie, Nicolas Sarkozy a fini par admettre qu’il avait bien des «objectifs», avant de conclure, malicieusement: «Par prudence, je les garde pour moi…»