Départementales: Manuel Valls exclut de démissionner et exhorte la droite à refuser le «ni-ni»

POLITIQUE Au lendemain du premier tour des élections départementales, le Premier ministre est reparti en campagne en Seine-Saint-Denis…

Vincent Vantighem

— 

Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), le 23 mars 2015. Le Premier ministre Manuel Valls s'est rendu en Seine-Saint-Denis au lendemain du premier tour des élections départementales.
Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis), le 23 mars 2015. Le Premier ministre Manuel Valls s'est rendu en Seine-Saint-Denis au lendemain du premier tour des élections départementales. — THOMAS SAMSON / AFP

Ce n’est pas maintenant qu’il va lâcher l’affaire. Au lendemain du premier tour des élections départementales qui a vu l’UMP et ses alliés prendre une large avance, le Premier ministre Manuel Valls est reparti en campagne. Direction la Seine-Saint-Denis. Rose ou rouge depuis sa création en 1968, le département pourrait basculer à droite le week-end prochain pour la première fois.

Mais le message martelé, lundi, par le locataire de Matignon, s’adressait autant aux Franciliens qu’à tous les Français. Et en particulier aux électeurs de droite. Comme il l’avait fait depuis le début de la campagne, Manuel Valls les a exhortés à refuser le «ni FN ni PS» instauré par Nicolas Sarkozy.

«Une faute politique et morale majeure»

«J’en appelle aux personnalités de la droite et du centre pour qu’elles sortent de ce "ni-ni" mortifère, a-t-il rabâché. Nicolas Sarkozy commet une faute politique et morale majeure. Nous nous appelons à faire barrage partout au Front national…»

Valls sort le cigare pour fêter les résultats

Depuis l’élection législative partielle dans le Doubs, Nicolas Sarkozy a transformé ce «ni-ni» en étendard de l’UMP. Si le candidat de droite est éliminé au premier tour, le chef de l’UMP demande à ses adhérents de ne reporter leur voix ni sur le candidat socialiste, ni sur celui du FN, favorisant ainsi ce dernier, selon Manuel Valls.

Valls exclut de démissionner

SI le message de Manuel Valls ne change pas, la ligne politique non plus. Regrettant les divisions de la gauche qui ont conduit à l’élimination des candidats de gauche dans 256 cantons, le Premier ministre a donc appelé au rassemblement le plus large.

BIlan: 314 triangulaires et une quadrangulaire en vue

Et en même temps, il a exclu tout changement de ligne politique. «Il faut poursuivre une politique qui va donner des résultats», quelle que soit la configuration du second tour dimanche, a-t-il dit, en assurant qu'il resterait «à la tête du gouvernement».