Départementales: Alain Juppé «respecte» la consigne du «ni-ni» mais n’en pense pas moins

POLITIQUE Le maire (UMP) de Bordeaux affirme, toutefois, qu’il n’a pas varié dans sa priorité de «faire barrage» au Front national…

Vincent Vantighem
— 
Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, le 12 mars 2015 à Lyon.
Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, le 12 mars 2015 à Lyon. — Pascal Fayolle/SIPA

Il rentre dans le rang formé par Nicolas Sarkozy. Mais sa tête dépasse toujours un peu par rapport à celle du patron de l’UMP. Au lendemain du premier tour des élections départementales qui ont vu l’UMP arriver devant le Front national, Alain Juppé a annoncé, sur son blog ce lundi, qu’il «respectait» la consigne du «ni-ni» fixée par Nicolas Sarkozy.

Suivez en direct les réactions au lendemain des départementales

La direction donnée par l’ancien candidat à la présidentielle au lendemain de l’élection législative partielle dans le Doubs est de ne donner aucune consigne de vote claire à ses adhérents en cas du duel entre un candidat socialiste et un candidat Front national lors d’un deuxième tour.

«Chacun connaît ma position»

Alors qu’Alain Juppé avait montré son désaccord à l’époque, estimant qu’il fallait faire barrage au Front national, il a donc indiqué ce matin qu’il «respectait» la position de son parti sur son blog.

Huit élus FN élus dès le premier tour

Toutefois, il laisse encore clairement entendre qu’il n’y est pas favorable. «Chacun connaît ma position qui n'a pas varié: pour moi, la priorité est de faire barrage au FN et de poursuivre le travail de pédagogie que nous avons commencé pour convaincre les électeurs de bonne foi des incohérences et des dangers de son programme», indique celui qui est aussi candidat à la primaire de 2016.

Nicolas Sarkozy a, dimanche soir, réaffirmé la doctrine du ni FN ni gauche pour le deuxième tour des cantonales, le 29 mars, en cas de duel final entre le parti de Marine Le Pen et un candidat de la majorité.