La présidente du Front National Marine Le Pen vote à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le 22 mars 2015
La présidente du Front National Marine Le Pen vote à Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le 22 mars 2015 — Denis Charlet AFP

MEDIAS

Départementales: La presse «soulagée» et «surprise» par le score du FN

Les éditorialistes se réjouissent que le score du Front national soit finalement plus faible que ce qui était annoncé…

«La grande marée n’a pas eu lieu, attaque Laurent Joffrin dans Libération. Pas dans les urnes en tout cas. Les partis républicains ont mieux résisté que prévu à la montée du FN, qu’on disait inexorable, même si Marine Le Pen peut se targuer de son meilleur score dans une élection locale.» C’est avec une pointe de soulagement et beaucoup plus de surprise que les éditorialistes ont traité des résultats des élections départementales dans leurs journaux, ce lundi matin.

Suivez en direct les réactions au lendemain des départementales

Comme le précise Alexis Brézet dans Le Figaro, «il faut parfois se méfier des sondages et des surprises que les électeurs mitonnent dans le secret de l’isoloir», notant ainsi que contrairement à ce que prévoyaient les oracles,  «Le FN ne progresse pas par rapport aux Européennes.»

Un score qui va faciliter la tâche de Sarkozy

L’Humanité, lui, préfère s’attaquer à l’exécutif annonçant que «le pouvoir trébuche» tout en rappelant l’objectif annoncé de François Hollande. Le président «prétendait ‘’enjamber’’ les élections territoriales de 2015 comme s’il s’agissait d’un obstacle dérisoire, rappelle ainsi Patrick Appel-Muller. Il ne peut pas manifester le même détachement au lendemain du premier tour des élections départementales».

Eclairage: Le PS a déjà perdu le Nord

Car le grand vainqueur du premier tour de ces élections départementales est bien l’UMP associé à l’UDI et au MoDem. «C’est un score qui crée une véritable dynamique, écrit ainsi François Ernenwein dans La Croix. C’est un retour en grâce qui va faciliter la tâche de Nicolas Sarkozy.»

Pour autant, si le FN est minoritaire il est «uni», rappelle encore Alexis Brézet dans les colonnes du Figaro. Et par conséquent, «dans la nouvelle France tripartite qui se dessine, les jeux sont loin d’être faits…»