A REVIVRE. Départementales: L'UMP et l'UDI assument leur désaccord sur le «ni-ni»... Droite et gauche préférées au FN pour le 2nd tour...

POLITIQUE Revivez toutes les réactions et les résultats au lendemain du premier tour des élections départementales...

V.V. et N.Bg.

— 

Une femme vote pour le premier tour des élections départementales à Marato, en Corse-du-Sud, le 22 mars 2015
Une femme vote pour le premier tour des élections départementales à Marato, en Corse-du-Sud, le 22 mars 2015 — Pasacal Pochard-Casabianca AFP

Ce qu'il faut retenir de ce 1er tour:

- L'UMP/UDI arrive en tête avec 29% des voix, suivi par le FN (25%) et le PS (22%).
- Le FN sera présent au second tour dans plus de la moitié des cantons.
- L'UMP et l'UDI sont pour le «ni-ni», le PS pour le front républicain.

20h50: Ce live est terminé. Merci de l'avoir suivi. Rendez-vous dès demain pour suivre cette deuxième journée de l'entre-deux tours...

 

20h37: La région Midi-Pyrénées a beaucoup voté

Bonne élève. Au niveau national, la moyenne de la participation au premier tour des élections départementales, dimanche, s’élève à 50,17 %. La région Midi-Pyrénées affiche cinq points de plus, à 55,76%. Le département fait partie de ceux qui ont le plus voté. Notre synthèse par ici...

 

19h19: Objectif 300 à 600 conseillers régionaux fin 2015

Le secrétaire général du Front national, Nicolas Bay, a donné comme objectif le gain de 300 à 600 conseillers régionaux fin 2015, dans un entretien au Figaro à paraître mardi. Le bon résultat du FN aux départementales «pèsera dans la balance pour les régionales, où nos listes seront d'autant plus crédibles qu'elles s'appuieront sur de nouveaux élus, municipaux et départementaux», relève-t-il.

17h44: Pourquoi EELV se voit à plus de 9%?

 

Le total des suffrages pour les listes écologistes s'élève à peine à 2,03%. Mais EELV affrime être à 9,7% dans les cantons où il était autonome. Pourquoi cette différence? On vous explique tout.

17h17: Vous n'avez rien compris aux résultats du premier tour?

C'est normal. On vous aide par ici.

Après avoir lu l'article, vous devriez avoir tout bon à ce quiz. Bonne chance.

16h25: Où a-t-on le plus et le moins voté?

Les bons élèves de ce premier tour du scrutin sont dans la Lozère, Mayotte et le Gers, les trois départements qui ont compté le moins d’abstentionnistes. Les taux de participation s’y sont élevés respectivement à 66,11%, 62,95% et 60,11%. En queue du peloton, les départements qui se sont le moins exprimés sont la Seine-Saint-Denis, avec 63,18% d’abstention, le Val-d’Oise (59,5%) et la Réunion (56,19%).

16h09: L'UMP et l'UDI en négociations

Autre sujet abordé par Lagarde et Sarkozy, selon iTélé: le sort des huit cantons dans lesquels un candidat de l'UMP et un candidat de l'UDI sont qualifiés pour le second tour. Qui se désistera en faveur de qui?

16h05: 2e tour: Sarkozy et Lagarde d'accord sur leur désaccord

Le patron de l'UMP et celui de l'UDI, alliés pour ce scrutin, se sont donc entretenus cet après-midi pour parler du second tour des départementales. Deux sujets principaux abordés: d'abord les consignes de vote en cas de duel gauche/FN, où un désaccord tranquille persiste, Jean-Christophe Lagarde appelant à «faire barrage» au FN en choisissant le bulletin républicain, Nicolas Sarkozy campant sr sa stratégie du «ni-ni». «On respecte nos partenaires», a assuré le chef de l'UMP.

15h53: Dupont-Aignan préfère la qualité à la quantité

Debout la France (DLF), le parti de Nicolas Dupont-Aignan qui ne s'était guère mobilisé pour les élections départementales, a obtenu 0,40% des suffrages au premier tour dimanche, selon le décompte du ministère de l'Intérieur. «Nous avons choisi de présenter un nombre très limité de candidats afin de privilégier des personnalités réellement ancrées dans leur canton» se justifie Dupont-Aignan dans un communiqué.

15h44: Qui vote quoi: les départementales n'échappent pas au cliché

L'UMP-UDI attirant plus des professions libérales et cadres supérieurs, le FN des ouvriers et employés, le PS davantage des cadres ou salariés du public, les votes au premier tour des départementales confirment une sociologie «très typée», selon un sondage Ifop-Fiducial publié lundi.

15h31: Pendant ce temps, en Corrèze, où l'UMP a réalisé un bon score
(DR, aperçue sur le site de Gala et de Voici)

15h25: Le «ni-ni» de l'UMP ni aimé, ni apprécié

Petit résumé des réactions en vidéo:


_le-ni-ni-de-sarkozy-ne-plait-ni-a-gauche-ni-au-centre_news" target="_blank">Le «ni-ni» de Sarkozy ne plaît ni à gauche ni... by 20Minutes

14h46: Vous venez de débarquer sur ce live, vous n'avez rien suivi et vous voulez tout comprendre là tout de suite maintenant? OK.


Départementales: Ce qu'il faut retenir en une... par 20Minutes

14h43: Gauche, et surtout droite, préférées au FN pour le second tour

Selon un sondage Ifop-Fiducial qu'on vous présente par ici.

14h09: Le bon mot du jour n'est pas tendre avec la gauche

L'élément de langage, du PS notamment, pour expliquer ses mauvais résultats électoraux, c'est la désunion de la gauche. Selon le M. Elections du parti, le PS aurait pu se maintenir dans 256 cantons supplémentaires si l'union des gauches avait prévalu. Le prof de sciences politiques Dominique Reynié n'est pas vraiment d'accord...

14h02: Rencontre au sommet chez la droite alliée

13h30: Appel au rassemblement de la gauche

Le secrétaire national du PS aux élections, Christophe Borgel, s'est déclaré persuadé que sa formation conserverait «assurément» une «vingtaine» de départements à l'issue des élections dimanche prochain, et a lancé un appel au rassemblement de la gauche.

12h53: Nicolas Sarkozy, ce nihiliste

Le chef de file des députés radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg, a estimé que Nicolas Sarkozy, en préconisant le «ni-ni» (ni PS, ni FN) pour le second tour des départementales, faisait preuve d'une «attitude nihiliste indéfendable». «Comment peut-on refuser de choisir entre ceux qui défendent les valeurs républicaines et ceux qui en sont les détracteurs? Comment ne pas récuser le FN?» interroge l'élu du Val-de-Marne.

12h44: On peut déraper sans sortir de la course

La campagne des départementales a vu de nombreux candidats FN se faire remarquer par des propos violents ou insultants (petite sélection par ici). Le Huffington Post a recensé ces candidats et leur résultat de dimanche: plus de la moitié d'entre eux sont qualifiés pour le second tour.

12h37: Et EELV dans tout ça?

EELV est vert de rage: selon le parti écolo, «la nomenclature du ministère de l'Intérieur sur les nuances attribuées selon ses consignes aux candidatures constitue une entrave à la lecture des résultats». En gros, la présentation des résultats par le gouvernement est trompeuse, et EELV n'a pas obtenu 2% des voix comme on veut nous le faire croire, mais un peu moins de 10% (dans les cantons où il était autonome). Les écologistes auront des candidats titulaires présents au second tour dans 78 cantons.

12h29: La gendarmerie envoyée chez un maire récalcitrant

Croyez-le ou pas, les départementales peuvent déchaîner les passions. Dans l'Hérault, le maire de Clermont-l'Hérault, qui refusait de transmettre à la préfecture les procès-verbaux du scrutin, a reçu la visite des gendarmes, envoyés par le préfet. On vous raconte l'histoire par ici.

12h16: L'UDI optimiste pour le second tour

Le président de l'UDI Jean-Christophe Lagarde voit grand pour l'UMP et son parti, alliés pour les élections départementales, au second tour. «On pourrait quasiment contrôler les deux tiers des départements de notre pays pour construire des politiques utiles», a-t-il assuré sur Radio Classique.

On fait le point à midi sur les résultats de ce premier tour:

(cliquez sur la carte pour la voir en grand)

11h52: Nicolas Sarkozy sur le terrain cette semaine

Le patron de l'UMP va faire campagne. Trois déplacements sont prévus dans cette semaine d'entre-deux-tours, dans les Hauts-de-Seine, le Nord et les Pyrénées-Orientales.

11h46: Le gouvernement déterminé à continuer

La lecture du revers électoral du PS que fait le gouvernement est unanime: comme Manuel Valls avant lui, Emmanuel Macron a estimé ce matin que «si on accélère les réformes, on peut commencer à avoir les premiers résultats fin 2015, début 2016 et on peut en tirer les bénéfices politiques». «La clé des deux années à venir c'est de continuer les réformes en profondeur dont les impacts se feront percevoir dès 2016 et c'est tout à fait faisable», a insisté le ministre de l'Economie.

11h36: Vous êtes plutôt FN ou extrême droite?

La question peut paraître bizarre, mais les électeurs d'Orange (Vaucluse) vont devoir y répondre dimanche prochain.

11h31: Et évidemment, le PS appelle au front républicain contre le FN

(un appel sans doute vain, vu que l'UMP et l'UDI, officiellement, sont sur le «ni-ni»)

11h29: Mea culpa au PS sur la désunion de la gauche

Le M. Elections du Parti socialiste explique que «la 1re place obtenue par l'UMP/UDI est mécanique, car il s'agit d'une élection intermédiaire et la droite était unie, contrairement à la gauche.» Si la gauche avait été unie, estime Christophe Borgel, elle aurait pu se maintenir dans 256 des 524 cantons où elle est déjà éliminée.

11h20: L'UDI ne sait pas quoi faire du «ni-ni»

Hervé Morin (UDI) a approuvé sur Sud Radio la position du «ni-ni» prônée par Nicolas Sarkozy. Sa position serait différente «s'il s'agissait d'élections présidentielles, compte tenu du programme complètement dingue du Front national», a-t-il nuancé. Le président de l'UDI, Jean-Christophe Lagarde, ne partage pas cet avis. «Nous sommes (...) très très clairs: il reste sur la table un bulletin républicain et nous appelons donc à faire barrage à l'extrême droite en utilisant ce bulletin républicain», a-t-il dit sur iTélé.

10h51: Un petit point réactualisé sur les résultats de ce 1er tour:

10h32: Le FN va gagner des cantons, mais peut-il remporter un département?

Peut-être bien que oui, selon Marine Le Pen. Interrogée sur BFM TV/RMC sur des victoires potentielles du FN dans certains départements, ce qui constituerait une première, elle a répondu: «Il y a un ou deux départements où cette hypothèse devient crédible», «notamment l'Aisne et le Vaucluse compte tenu de nos résultats».

10h25: Des nouvelles du Pas-de-Calais

Aucun résultat n'avait été communiqué pour le 62 depuis dimanche soir, c'est chose faite. Et c'est le FN qui arrive tranquillement en tête, avec 35% des voix. Loin derrière, à moins de 20%, on trouve l'UMP-UDI et le PS.

10h24: Les départmen-quoi?

Vous qui nous lisez, vous êtes l'exception: si l'on en croit les audiences télé d'hier soir, les départmentales n'ont pas passionné les foules, bien au contraire, selon Ozap. Seule France 3 s'en tire bien.

10h21: Le Maire, la prudence

Pour Bruno le Maire (UMP), chaque chose en son temps: le bon score de la droite pour ce scrutin ne dit rien du futur score de l'UMP en 2017. «Ne crions pas victoire trop tôt, la reconquête, elle est longue, elle est difficile, on reconquiert les territoires, il faudra ensuite reconquérir le coeur des Français et retrouver toute notre crédibilité», a-t-il dit sur Radio Classique et LCI, assurant qu'il n'y a «aucune leçon présidentielle à tirer de ce premier tour des départementales».

9h53: Fillon ne remercie pas Sarkozy

Une petite voix dissonante à droite. Pendant la campagne des départementales, Nicolas Sarkozy s'était dit «opposé» aux menus sans porc dans les cantines scolaires. «Je suis en désaccord», a assuré François Fillon sur RTL ce lundi. «J'entendais dire ce matin que c'est ça qui avait fait gagner l'élection. Aucun de ceux qui racontent ça ne sont allés voir les candidats sur le terrain. Je n'ai pas vu un seul candidat sur le terrain faire campagne sur les repas de substitution», a-t-il témoigné.

9h32: Peut-on vraiment parler de score décevant pour le FN?

La réponse dans notre décryptage, par ici.

9h25: Et dans le détail, les résultats (incomplets) sont sur le site du ministère

9h16: Une petite carte, ça vous dit?

Les résultats ne sont pas encore définitifs, mais voici une première estimation des partis qui sont arrivés en tête au premier tour, canton par canton:

9h11: Les candidats stars s'en tirent bien

Baylet, Boutin, Devedjian et les autres: le point complet sur les résultats des têtes d'affiche de ce scrutin, c'est par ici.

8h50: Le FN reste seul

Marine Le Pen a dû lire les résultats des sondages qu'on a cité ci-dessous, car elle ne donne pas de consigne de vote à ses électeurs pour les cantons où le FN n'arrive qu'en 3e position: «On laisse la liberté de vote à nos électeurs», affirme sur BFM et RMC celle qui, au passage, celle qui annonce qu'elle sera la candidate de son parti à la présidentielle de 2017.

8h46: Les Français n'aiment pas trop les consignes de vote

Valls qui appelle à voter tout sauf le FN, Sarkozy qui appelle à ne voter rien sauf l'UMP/UDI: chacun y va de sa consigne, mais les électeurs n'en raffolent pas: plus de 40% souhaitent en effet que l'UMP ou le PS n'en donnent pas, selon deux sondages Harris interactive et Opinionway réalisés dimanche.

8h37: Le PS est éliminé dans 524 cantons (sur 2054)

C'est le secrétaire d'Etat Jean-Marie Le Guen qui vient de l'annoncer sur iTélé.

8h35: Le cigare de Manuel Valls

Petite anecdote repérée sur le site de France Info: «Le Premier ministre ne fume quasiment jamais, mais là, quand il a découvert que le Front national n’était pas en 1re position, il s’est relâché» et «s'est allumé un cigare».

(c)NICOLAS MESSYASZ/SIPA

8h20: Le FN, cet exorciste

Florian Philippot, vice-président du FN, sur RTL: «La vie politique française possédée par cette espèce de bipartisme stérile UMP-PS qui ne menait à rien, qui était fatigant… eh bien là nous l'avons exorcisé.»

8h08: Qu'en pense la presse?

Chez 20 Minutes, on ne fait pas d'édito, c'est la politique maison. Ailleurs, on ne se prive pas, alors si vous en avez envie, on vous a tout résumé par ici.

8h02: Alain Juppé le doigt sur la couture

Il s'était fait remarquer en février pour la législative partielle dans le Doubs en avouant qu'il pourrait voter PS pour faire barrage au FN, à l'opposé donc de l'esprit du «ni-ni» que défend son rival Nicolas Sarkozy. Celui-ci, qui s'est montré très clair hier soir sur cette position, doit sourire: Alain Juppé se rallie ce lundi sans nuance à la position officielle de l'UMP.

8h: C'est quoi, la leçon du premier tour, M. Valls?

Pour le Premier ministre, la leçon du premier tour, en substance, c'est qu'il faut continuer à parler vrai aux Français, qui se méfient de la politique. «Il faut poursuivre une politique qui va donner des résultats.» Quant au FN, «il n’est ni le premier ni le deuxième parti politique de France, le PS et ses alliés sont au-dessus», assure Manuel Valls.

7h58: Oui, il y a eu de la division à gauche

Manuel Valls aussi sur RTL confirme que le PS et ses alliés sont éliminés dans environ 500 cantons, «faute d'avoir été rassemblée». «Dans le Nord, en Corrèze et dans l’Essonne [où le PS affiche des contre-performances], il y a eu de la division», reconnaît-il. Le Premier ministre appelle donc à ne pas faire «la même erreur qu'au premier tour» pour le second.

7h53: Valls estime que Sarkozy commet «une faute morale et politique»

Nicolas Sarkozy a appelé clairement au «ni-ni» hier soir, ce qui représente selon Manuel Valls une «faute morale et politique». «Quand on a à choisir entre un candidat républicain et le Front national, on n'hésite pas. La gauche, elle, n'hésite pas.» Le Premier ministre, qui s'exprimait sur RTL ce matin, a lui appelé hier soir à un front républicain contre le FN.

7h39: Le PS n'aura pas l'Alsace

On l'a dit, les socialistes sont d'ores et déjà sûrs d'avoir perdu le Nord. Mais à l'Est, ça n'est pas franchement mieux, comme le raconte par ici notre rédaction alsacienne.

7h28: Et les candidats stars, ils vont bien?

Parmi les personnalités politiques candidates, le patron du PRG Jean-Michel Baylet a été réélu dès le premier tour dans le Tarn-et-Garonne, tout comme le socialiste Henri Emmanuelli dans les Landes et Patrick Devedjian (UMP, Hauts-de-Seine). Eric Ciotti (UMP, Alpes Maritimes) a lui-même annoncé son élection hier soir. Le ministre des Sports Patrick Kanner (Nord), les secrétaires d'Etat socialistes André Vallini (Isère) et Ségolène Neuville (Pyrénées-Orientales) sont eux en ballottage, souvent favorable. Bernadette Chirac rate de justesse son élection dès le premier tour.

7h22: Le PS a déjà perdu le Nord

Et on vous explique pourquoi par ici.

7h19: Pour le second tour, 314 triangulaires et... une quadrangulaire

Quatre binômes se sont qualifiés pour le second tour dans le canton d'Ambazac (Haute-Vienne): le PS est arrivé en tête (26,93%), juste devant le FN, le PCF et l'UMP-UDI (respectivement 25,32%, 24,36% et 23,39%). Pour cette quadrangulaire et les 314 triangulaires, les candidats ont jusqu'à mardi pour se désister -typiquement, en essayant de s'allier avec un binôme mieux placé.

7h14: Zoom sur les résultats du FN

Le FN atteint 25,72% des suffrages selon la totalisation du ministère de l'Intérieur à 2h30, soit cinq points au-dessus de 2011. Derrière l'UMP, mais devant le PS, le FN fait donc mieux qu'aux européennes de mai dernier, où il avait atteint 24,85% des suffrages et terminé en tête. Une comparaison à nuancer: Paris, Lyon, la Guyane et la Martinique, territoires moins favorables aux frontistes, ne votaient pas ce dimanche.

7h08: 220 élus de droite, 56 de gauche...

A l'issue du premier tour, 220 candidats de droite ont été élus directement. On dénombre également 56 élus de gauche, 8 FN 6 candidats divers, selon les chiffres communiqués par le ministère de l'Intérieur vers 3h.