Qui sont les proches de Sarkozy

— 

Brice Hortefeux
C'est le fidèle parmi les fidèles. Le ministre délégué aux Collectivités locales suit Nicolas Sarkozy depuis trente ans. S'il a été un peu mis à l'écart en fin de campagne après sa « bourde » sur la proportionnelle, il pourrait être nommé ministre de l'Intérieur.


Jean-Louis Borloo
C'est le plus populaire des ministres actuels. Rallié de fraîche date à Nicolas Sarkozy, qui en a fait sa caution sociale, il ne devrait pas obtenir Matignon. En échange, le ministère de l'Emploi ou celui de l'Education nationale pourraient lui être confiés.


François Fillon
C'est le grand favori pour le poste de Premier ministre. Eminence grise de la campagne, François Fillon a notamment rédigé le projet de l'UMP, réussissant à faire travailler plusieurs sensibilités du parti. Une qualité essentielle pour faire voter les réformes à venir.

Valérie Pécresse
Chiraquienne pur jus, elle s'est investie à fond pour aller porter la bonne parole sarkozyste dans les médias. En outre, le fait que les femmes représentant une nouvelle génération ne sont pas légion à l'UMP devrait lui ouvrir les portes du gouvernement.

Eric Besson
Ancien secrétaire national du PS, rallié à Sarkozy, il n'a pas seulement symbolisé l'ouverture de l'UMP à gauche. Il a aussi aidé le candidat dans la dernière ligne droite de sa confrontation avec Ségolène Royal. Il pourrait être récompensé avec un ministère des Transports.

Xavier Bertrand
L'autre porte-parole du candidat ne faisait pas l'unanimité à ses débuts. Malgré un profil un peu terne, il a fini par faire partie des proches de Nicolas Sarkozy. Ancien assureur propulsé ministre de la Santé en 2005, il pourrait hériter d'un ministère du Budget et des Comptes sociaux.

Patrick Devedjian
Lui aussi est un historique, proche de Nicolas Sarkozy depuis des années. Avocat de formation, adepte de la formule choc et de la confrontation idéologique, il était au gouvernement Raffarin avant d'être éjecté. Il est pressenti pour devenir ministre de la Justice.

Claude Guéant
Homme de l'ombre, homme à tout faire, homme de confiance. Cet ancien directeur général de la police a dirigé la campagne de Sarkozy. Surnommé « la Suisse » pour sa neutralité par rapport aux clans, il pourrait devenir secrétaire général de l'Elysée.

Jean-Pierre Raffarin
L'ex-Premier ministre s'est énormément investi auprès de Nicolas Sarkozy, n'hésitant pas à jouer le rôle de pacificateur. Il ne devrait pas obtenir de ministère, mais prendre les rênes de l'UMP. D'après les mauvaises langues, ce serait une manière pour Sarkozy de garder la main sur le parti.

Rachida Dati
C'est la révélation de cette campagne. D'abord conseillère technique du ministre de l'Intérieur Nicolas Sarkozy, Rachida Dati a été nommée porte-parole du candidat, un peu à la surprise générale. Elle pourrait s'occuper des questions d'intégration ou de justice.

Nathalie Kosciusko-Morizet
Cette députée est une des rares à l'UMP à connaître parfaitement les problématiques écologiques. En concurrence avec Alain Juppé, elle pourrait hériter d'un grand ministère de l'Ecologie et du Développement durable.

Michèle Alliot-Marie
Après avoir été l'adversaire de Nicolas Sarkozy, elle a fini par se rallier à lui et par s'imposer dans cette campagne, au point de devenir incontournable. A défaut de Matignon, elle pourrait retourner à la Défense, ou s'installer au Quai d'Orsay.