VIDÉO. Départementales 2015: Alain Juppé avertit François Hollande... François Bayrou en a marre d'entendre parler du FN...

LE JOURNAL DES DÉPARTEMENTALES Toutes les infos qui font la campagne sont à retrouver tous les jours sur «20 Minutes»...

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, le 12 mars 2015 à Lyon.
Alain Juppé, maire UMP de Bordeaux, le 12 mars 2015 à Lyon. — Pascal Fayolle/SIPA

Manuel Valls à Tulle dans le fief électoral de François Hollande 

Le Premier ministre jette ses dernières forces dans la campagne pour les départementales en tenant meeting jeudi à Tulle, fief électoral du chef de l'Etat, qui pourrait basculer à droite. Il achève son tour de France de meetings par une avant-dernière étape en Corrèze, département arraché à la droite aux cantonales de 2008 par François Hollande.

Une affiche électorale tagguée «pas de bougnoule» en Mayenne

Une affiche collée sur un panneau électoral a été récemment dégradée: La photo du candidat Rachid Tijane a été recouverte de peinture et un tag raciste «Pas de bougnoule» a été écrit sur le panneau. L’homme, encarté EELV, et sa binôme Monique Collet, se présentent aux départementales dans le canton de Cossé-le-Vivien (près de Laval) sous les couleurs de «Gauche unie». Plus d'informations par ici

Des commissions de discipline pour les candidats FN qui ont dérapé

Le parti tiendra des commissions de discipline «durant la deuxième quinzaine d'avril» pour étudier le cas des candidats aux départementales qui ont été suspendus après avoir tenus des propos xénophobes, a-t-on appris jeudi auprès de Nicolas Bay, secrétaire général du parti.

Un clip citoyen pour encourager les électeurs à aller voter

« Je ne laisserai personne décider à ma place »: l'association Régénération citoyenne, qui milite pour le vote obligatoire, vient de mettre en ligne un clip ainsi intitulé pour inciter les inscrits sur les listes électorales à voter lors du scrutin départemental des deux derniers dimanches de mars. (&feature=youtu.be« target= »_blank">http://youtu.be/okt7FalXQuw).

Faire campagne sans rien promettre, le pari d'un candidat à Bobigny (Seine-Saint-Denis)

«Si vous attendez de moi un logement ou un boulot, alors ne votez pas pour moi»: A Bobigny, le candidat socialiste a choisi de faire campagne sur la dénonciation du clientélisme, une démarche qui lui vaut le « respect » des habitants, à défaut de lui garantir leur vote. Pour Fouad Ben Ahmed, 38 ans, encarté depuis 2012, l'enjeu de cette élection est double: ravir au Front de Gauche le canton de Bobigny-Noisy-le-Sec, deux villes dirigées par l'UDI, et asseoir par là-même sa stature d'étoile montante du PS.

Pour Alain Juppé (UMP), «François Hollande ne pourra pas ignorer le message des urnes»

A trois jours du premier tour des départementales, le maire UMP de Bordeaux Alain Juppé estime dans une interview au Parisien publiée ce jeudi que de nombreux candidats de gauche vont être éliminés dès dimanche. Une défaite que le chef de l’Etat devra entendre pour changer de cap : «On doit toujours entendre le message des urnes. Le président de la République ne pourra pas l'ignorer», estime l’ancien Premier ministre, qui dénonce par ailleurs «l'inanité» du programme du FN.

La campagne virale du PCF sur Twitter

Le Parti communiste a lancé une campagne sur le réseau Twitter, avec des photos de jeunes candidats aux départementales arborant le mot «jeunesse» sur leur bras ou leur main. Quelques exemples: 

 

François Fillon (UMP) ne croit pas que le FN sera le premier parti de France

L'ancien Premier ministre François Fillon (2007-2012) ne croit pas que le Front national sera le premier parti de France à l'issue des départementales des 22 et 29 mars et doute que le parti de Marine Le Pen puisse remporter un département. «Je ne crois pas que le Front national sera le premier parti de France aux départementales», déclare l'ancien chef de gouvernement dans un entretien publié ce jeudi dans Ouest-France.

Les personnalités politiques les plus actives sur Twitter pendant cette campagne

Qui, des hommes et femmes politiques françaises, sont les plus actifs sur Twitter à l'occasion de ces départementales? Le trio de tête est formé d'Eric Ciotti (UMP), Marine Le Pen (FN) et Jean-Christophe Cambadélis (PS), nous apprend une étude de la plateforme de veille Visibrain, repérée par Le journal du geek. Suivent ensuite Lionel Tardy (UMP), Laurent Wauquiez (UMP), Michèle Delaunay (PS) et Nicolas Sarkozy (UMP) en 7e place. 

Pour François Bayrou (Modem), Nicolas Sarkozy voit dans les thèmes du FN «un réservoir électoral»

Le président du Modem est revenu ce jeudi matin sur BFMTV-RMC sur l'attitude de Nicolas Sarkozy et le Premier ministre Manuel Valls face au FN. Selon François Bayrou, «un certain nombre de responsables, Nicolas Sarkozy par exemple, voit dans les thèmes du FN un réservoir électoral. C'est pour des raisons électorales qu'on fait cela.» Quant à Manuel Valls, le Premier ministre a tort de stigmatiser le FN. «Ce n'est pas lutter efficacement le Front national que d'en faire le sujet unique des conversations. A mon avis, c'est la meilleure manière de servir le Front national. Depuis le matin, on ne parle que du FN et de Marine Le Pen.

Des bulletins de l'UMP invalidés dans le Territoire-de-Belfort après leur envoi par la commission de propagande

Les bulletins des candidats UMP du canton de Delle (Territoire-de-Belfort) ont été déclarés nuls après leur envoi officiel aux électeurs par la commission de propagande, a dénoncé jeudi l'UMP. La raison? Le nom du candidat UMP Frédéric Rousse apparaît avant celui de son alter ego féminin Marie-Lise Lhomet, contrairement à la règle de l'ordre alphabétique du binôme qui s'applique pour les départementales, a indiqué à l'AFP Frédéric Rousse, qui reconnaît une «erreur».

Marielle de Sarnez (MoDem) estime que l’on est passé à côté des enjeux dans cette campagne

La vice-présidente du MoDem, invitée mercredi soir du Soir 3, qualifie cette campagne de «désolante». «Je suis très inquiète. Je trouve que c'est une campagne absolument désolante», assure la vice-présidente du MoDem, avant de préciser qu'«on est passé à côté de tous les enjeux qui sont des enjeux de proximité, et on a au contraire ultra politisé cette campagne». 

Jean-Vincent Placé (EELV) déplore une division «dramatique» de la gauche et des écologistes 

Le président du groupe écologiste au Sénat Jean-Vincent Placé a jugé «dramatique» la «division de la gauche et des écologistes» pour les élections départementales sur LCP ce jeudi. L'élu a par ailleurs jugé « pas très lisible » la stratégie des écologistes, très souvent alliés au Front de Gauche.

En Seine-Saint-Denis, le PS et les écologistes prônent le «rassemblement» face à la droite

Ecologistes et socialistes, alliés en Seine-Saint-Denis pour éviter une percée de la droite aux élections départementales, ont prôné mercredi soir le rassemblement de la gauche et le mélange «rouge et vert», à quatre jours du premier tour. Venue soutenir le socialiste Stéphane Troussel, président sortant du conseil général du 93 et candidat dans le canton La Courneuve-Dugny-Le Bourget, la députée Europe Ecologie-Les Verts Cécile Duflot a fait office de guest-star aux côtés du maire de Paris, Anne Hidalgo, et du président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone.