Immunité parlementaire: Patrick Balkany «prend acte» mais ne démissionnera pas

JUSTICE Le bureau de l'Assemblée nationale a décidé de lever l'immunité parlementaire du député-maire de Levallois...

N.Beu. avec AFP

— 

Le député UMP Patrick Balkany le 17 septembre 2014 à l'Assemblée nationale
Le député UMP Patrick Balkany le 17 septembre 2014 à l'Assemblée nationale — Thomas Samson AFP

Patrick Balkany «prend acte» de la décision du bureau de l'Assemblée mercredi de le priver de son immunité parlementaire, mais ne démissionnera pas de ses mandats et se plaint d'être victime «d'une justice en place publique». «Je poursuis ma mission de député (...) et de maire de Levallois», a annoncé l'élu UMP dans un communiqué publié via le compte Twitter de sa femme, Isabelle.


Le député des Hauts-de-Seine «a pris acte de la décision du Bureau de l'Assemblée», mais a affirmé s'interroger sur «ce qui a conduit les magistrats à solliciter la levée de [son] immunité précisément dans la semaine précédant le premier tour des élections départementales». Dénonçant aussi «le déferlement insensé de mensonges» et «la violence du déchaînement des médias» à l'encontre de sa personne et de son épouse, il a jugé «insupportable, voire douloureux, d'être ainsi jeté aux chiens et à une sorte de justice en place publique qui rappelle les plus sombres heures de notre histoire».

Menace de poursuites

L'expression «jeté aux chiens» fait référence à la phrase prononcée par François Mitterrand après le suicide de son ancien Premier ministre Pierre Bérégovoy le 1er mai 1993. Le président de la République socialiste avait alors visé ceux qui avaient «livré aux chiens l'honneur d'un homme», mis en cause par la presse dans une affaire touchant un proche de François Mitterrand.

«Depuis des mois, les magistrats et les médias s'exonèrent publiquement et en permanence des procédures et de la loi en violant continuellement la présomption d'innocence, le respect de la vie privée et, surtout, le secret de l'instruction», a protesté Balkany. «Dorénavant, nous [lui et son épouse] poursuivrons systématiquement tous les organes de presse qui relaieront la violation du secret de l'instruction, ainsi que les auteurs de ce délit», a averti cet ami de Nicolas Sarkozy.