VIDEO. Départementales 2015: Aubry et Valls n’ont «aucun problème»… Cambadélis dénonce «un système» dans les Bouches-du-Rhône...

LE JOURNAL DES DÉPARTEMENTALES Toutes les infos qui font la campagne sont à retrouver tous les jours sur «20 Minutes»...

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Martine Aubry, lors de ses vœux à la presse, le 15 janvier 2015.
Martine Aubry, lors de ses vœux à la presse, le 15 janvier 2015. — M.Libert / 20 Minutes

Laurent Wauquiez (UMP) souhaite «infliger un camouflet historique» à la majorité

A quatre jours du premier tour des départementales, le secrétaire général de l'UMP a estimé sur RTL ce mercredi qu'il y a«ven France une très profonde exaspération». Il a invité les électeurs «à infliger un camouflet historique» à la majorité, à cause, notamment, des hausses d'impôts.

Dans le Vaucluse, Marine Le Pen pense qu’«il est possible de faire autrement» que le PS et l’UMP

La présidente du FN, Marine Le Pen, a assuré mardi soir au Pontet (Vaucluse) qu'il était «possible de faire autrement» que l'UMP mais surtout que le PS. «Immigration, politique économique, désindustrialisation, sécurité, fiscalité, «communautarisme», etc. «On vient me dire à moi qu'il n'est pas possible de faire autrement. Mais c'est fini le temps où les Français gobaient leurs mensonges! Oui, tout est possible, et il est possible de faire radicalement différent de ce qu'ils ont fait», a-t-elle lancé devant ses partisans réunis dans une ville remportée par le FN en mars 2014 (l'élection a été annulée depuis).

Jean-Christophe Cambadélis dénonce «un système» dans les Bouches-du-Rhône entre l’ex-PS Guérini et l’UMP Gaudin

Le premier secrétaire du PS, invité du Forum de France Info/France Bleu, a dénoncé ce mercredi matin un «système» entre l’ex-socialiste Jean-Noël Guérini, actuel président du conseil général des Bouches-du-Rhône, et le maire UMP de Marseille. Jean-Christophe Cambadélis a invité les électeurs à «en finir» avec ce «système». Candidat aux départementales, Jean-Noël Guérini a lancé son propre mouvement, »Force du 13».

Le premier secrétaire du Parti socialiste a également dénoncé une «impunité pour le Front National» qui peut «faire» et «dire ce qu'il veut» sans réaction dans la société française.

Martine Aubry et Manuel Valls tiennent des meetings séparés mais n’ont «aucun problème»

Martine Aubry a assuré mercredi n'avoir «aucun problème» avec Manuel Valls, en justifiant leurs meetings séparés dans le Nord-Pas-de-Calais mercredi soir pour les départementales par du «bon sens» pour «répartir les forces». «Avec le Premier ministre nous avons convenu, et je pense que c'est un peu le bon sens, qu'à un moment de campagne, il vaut mieux que les forces soient réparties», a répondu la maire de Lille. L'ex-première secrétaire du PS, qui s'est à plusieurs reprises démarquée de Manuel Valls ces derniers mois, tient ce soir meeting à Denain (Nord), tandis que le Premier ministre dirige une réunion publique à Carvin (Pas-de-Calais), présenté initialement comme un «meeting régional».

François Rebsamen (PS) confiant sur son avenir de ministre après les départementales

Interrogé ce mercredi sur Radio Classique/LCI sur son avenir en cas de remaniement après les élections départementales, le ministre du Travail a affiché une certaine confiance, récusant tout classement parmi des ministres « faibles». «Je ne me sens pas faible», a dit François Rebsamen, ajoutant toutefois que « personne ne sait» quel sera son sort, celui-ci relevant de la décision du président de la République.

Marielle de Sarnez (Modem) juge que Manuel Valls fait le jeu du FN

La n°2 du MoDem a estimé mercredi que la stratégie de Manuel Valls, attaquant prioritairement le Front national en vue du scrutin départemental, faisait «évidemment la campagne» du parti d'extrême droite. «A force de mettre le Front national au centre de tout, on fait évidemment la campagne du Front national», a-t-elle déclaré sur France 2. Pour la responsable centriste, «l'insatisfaction» créée par la bipolarisation gauche-droite du pays a œuvré à «l'émergence» du FN, qui «malheureusement» est aujourd'hui «positionné» pour incarner une « démarche politique nouvelle » dont les Français ont besoin et que le centre veut incarner.