A Bastille, morosité et lacrymos

REPORTAGE & VIDEO A Paris, quelques heurts ont émaillé un rassemblement de déçus du résultat...

— 

22 h : alors qu’environ 4.000 déçus de l’élection, selon la police, sont toujours rassemblés place de la Bastille, les affrontements éclatent. Une quarantaine de jeunes manifestants s’emparent de barrières métalliques et tapent dessus en rythme. Une dizaine d’entre eux, chèche sur le visage, balance des canettes de bière, des bouteilles en verre et bientôt quelques pavés sur les CRS alignés une trentaine de mètres plus loin. La réponse est imminente. Les forces de l’ordre chargent et inondent la foule de gaz lacrymogènes.

23 h : les affrontements se poursuivent toujours, de manière sporadique. Les cinq escadrons de CRS mobilisés sur la Bastille pour la soirée ont l’air relativement calmes. Les ambulanciers de la Croix-Rouge évacuent trois policiers légèrement blessés. La foule reste massée derrière les barrières, et accompagnent les heurts de « Sarko facho » et autre « Police partout, Justice nul part ».

23h30 : les camions à eau s’avancent et crachent sur les jeunes manifestants.


Echauffourées à Bastille
envoyé par 20Minutes


Minuit : La place est quasiment vide. Quelques jeunes s’allongent par terre au pied de l’Opéra, en réclamant des « bisous ». Mais les camions à eau crachent à nouveau. La fête est finie. Elle se poursuit en fait, à 200 mètres de là. Rue de Lyon, les casseurs sont à l’œuvre. Ils sont une dizaine, pas plus, à remonter la rue en direction de la Gare de Lyon : sur leur passage, ils retournent les voitures – une dizaine en tout – brûlent les chaises et palmiers des cafés. Certains arrachent des poubelles et les balancent dans les abribus. La vitrine, pourtant solide, d’une boutique de meubles est détruite, à coups de barre de fer. Aucun des cinq escadrons de CRS mobilisés pour la soirée n’est là. Certains manifestants socialistes se disent désolés de ce spectacle.

Il n’y aura pas eu ce soir de vraie manifestation des déçus de l’élection, pourtant nombreux.

Laure de Charette, à la Bastille