«La gauche n'était pas à la hauteur de cette élection»

REACTION Le britannique Denis McShane, député travailliste et ancien ministre des Affaires Européennes...

— 

Denis McShane, député travailliste et ancien ministre des Affaires européennes.

Votre réaction à la victoire de Nicolas Sarkozy?

C'est une victoire claire et nette. Une nouvelle ère s'ouvre pour la France. J'espère maintenant que Nicolas Sarkozy va être capable de mettre en oeuvre les réformes qu'il a promises.

Vous êtes pourtant de gauche. Vous soutenez vraiment les réformes libérales de Sarkozy?

Ca fait 10 ans que je dis que, pour que la France redevienne une grande puissance, il faut donner du travail aux travailleurs. Je suis travailliste et pour moi c'est essentiel. Avec les 35 heures, la gauche française a fait fausse route. Personne d'autre en Europe, y compris parmi les partis de gauche, n'est allé dans cette direction.

Dans quel état est aujourd'hui la gauche en France?

La gauche n'était pas à la hauteur pour cettes élection. Ca fait 20 ans que les socialistes n'ont pas gagné d'élection présidentielle, 10 ans qu'ils n'ont pas gagné d'élections importantes. Je crois qu'il est temps de se rendre compte que l'ère ouverte sous Mitterand avec le congrès d'Epinay est maintenant finie. Il faut que les socialistes se réforment, de la façon qui a déjà été faite en Grande-Bretagne ou en Espagne.

Pensez-vous que Sarkozy ait les moyens de mener les réformes qu'il a promises?

Pour Sarkozy, c'est une grande victoire, mais changer la France demande un style un peu différent que ce qui est nécessaire pour gagner des élections ou l'investiture d'un parti. Je me rappelle les espoirs qui étaient nés avec l'élection de Mitterand et de Chirac. Mais à la fin de leur mandat, est-ce que la France avait vraiment changé? Mais j'ai été content de voir que Sarkozy a tenu un discours modeste et rassembleur. Il ne disait pas du tout: «regardez, j'ai tout gagné.» Etre chef d'Etat, ça change un homme, comme on l'a vu en Grande-Bretagne. J'espère que Sarkozy va changer, devenir plus grand, et laisser les propos agressifs de côté.

Est-ce que la victoire de Sarkozy est une bonne nouvelle pour l'Europe?

L'Europe était à un point mort à cause du manque de dynamisme de la France. La France souffrait des «nonistes», qui disaient non à l'Europe, non aux Etats-Unis, non à Blair... Si la France recommence à créer des emplois, ce sera une bonne chose pour l'Europe.


Propos recueillis par Eric Albert, à Londres