Un candidat du Front national pose avec un pistolet braqué sur François Hollande dans un photomontage

POLITIQUE Un autre montage avec Nicolas Sarkozy ainsi que des propos racistes et homophobes ont été effacés de son compte...  

M.C.

— 

Un photomontage publié par un candidat du FN sur sa page Facebook le montre avec un pistolet sur la tempe d'une marionnette de François Hollande.
Un photomontage publié par un candidat du FN sur sa page Facebook le montre avec un pistolet sur la tempe d'une marionnette de François Hollande. — Facebook

Un nouveau dérapage d’un candidat du Front national sur les réseaux sociaux vient émailler la campagne des élections départementales. Damien Hameau-Brielles, qui se présente dans le canton de Bonchamp-lès-Laval (Mayenne), aurait posté sur son compte Facebook des photomontages injurieux aujourd’hui effacés, mais conservés par le site L’entente.net.

L’un d’entre eux, publié en juillet 2012, montre le candidat en t-shirt camouflage, braquant un pistolet sur la tempe de la marionnette de François Hollande au Guignols de l’info, rapporte le Parisien. Sur un autre photomontage, on le voit cette fois derrière la marionnette de Nicolas Sarkozy, un godemichet à la main. Le journal cite également plusieurs posts racistes et homophobes sur la page Facebook de Damien Hameau-Brielles, eux aussi effacés.

«Il y dix problèmes sur 7.650 candidats»

Marine Le Pen, interrogée par BFMTV sur les «affaires» qui touchent les candidats de son parti aux départementales, répondait: «Il y dix problèmes sur 7.650 candidats». Après la publication par L’Obs d’une vingtaine de dérapages xénophobes, islamophobes, ou racistes, commis sur les réseaux sociaux par des candidats FN, elle avait déclaré sur Europe 1 être «en total désaccord avec ces gens-là. D'ailleurs en tant que présidente du Front national, je les suspends, je les convoque devant la commission des disciplines systématiquement, et ils sont en règle générale exclus du Front national».

Le 6 mars, un autre candidat du parti d’extrême-droite, Arnaud Couture, avait renoncé à se présenter après avoir été mis en examen pour «enregistrement, détention et diffusion d’images à caractère pédopornographiques».