« Les législatives doivent être un moment de réaction après l’échec de la gauche»

Propos recueillis par Pierre Koetschet

— 

Patrice Cohen-Seat, directeur de campagne de Marie-George Buffet, constate l'échec de toute la gauche.

Quel est votre sentiment, après la large victoire de Nicolas Sarkozy?
C’est un grave échec pour la gauche. C’est un échec de Ségolène Royal, qui représentait la gauche au second tour, mais c’est l’échec de toute la gauche. Au premier tour, les forces de gauche ont atteint un des scores les plus bas de la Ve République. Cela pose à la gauche des questions fondamentales. Nicolas Sarkozy a réussi à rendre crédible les réponses brutales qu’il apporte aux problèmes de la société française. L’échec de la gauche, c’est de n’avoir pas su faire vivre les valeurs d’égalité, de justice sociale dans un capitalisme mondialisé. Cela pose de grandes exigences de changement.

Dès les prochaines législatives?
Cela prendra probablement plus de temps, mais nous pensons que les législatives doivent être un moment de réaction face à cette défaite. Il ne faut pas laisser tous les pouvoirs aux mains de Nicolas Sarkozy. Mais au-delà de cette réaction, les forces de gauche sont confrontées à de grandes questions.

Notamment le Parti communiste?
Nous allons ouvrir une réflexion très prochainement. Mais ces questions ne concernent pas que le PCF. L’ensemble des forces de gauche, des jeunes contestataires jusqu’au PS, a réalisé un score très faible. Personne ne peut dire: j’ai raison, pas les autres. Le PCF a des problèmes spécifiques. Il est sur un déclin qui conduit à une marginalisation politique. C’est tout de même la troisième victoire de suite pour la droite à une élection présidentielle. C’est d’autant plus considérable que les dés n’ont pas été pipés. Les Français ont voté massivement et majoritairement pour Nicolas Sarkozy qui a ouvertement recyclé les thèmes du FN, et dont le programme politique est un copié-collé du programme du Medef.