«Fierté indicible d'appartenir à la France»

— 

Le candidat UMP Nicolas Sarkozy a été élu dimanche président de la République, devançant largement sa rivale socialiste Ségolène Royal avec plus de 53% des suffrages selon les premières estimations des instituts de sondage.
Le candidat UMP Nicolas Sarkozy a été élu dimanche président de la République, devançant largement sa rivale socialiste Ségolène Royal avec plus de 53% des suffrages selon les premières estimations des instituts de sondage. — Joël Saget AFP

Dans une salle Gaveau pleine à craquer, Nicolas Sarkozy s’est exprimé peu après 20h30. Obligé de patienter de longues secondes face aux «Nicolas, Nicolas» montant de la foule, il a dit «sa fierté indicible d'appartenir à la France», qui lui a «tout donné». Et de remercier sa famille, ses amis, ses partisans, avant de dire son «respect pour Ségolène Royal». Alors que des quelques huées montent, Nicolas Sarkozy insiste: «respecter Ségolène Royal et ses idées, c’est respecter les millions de Français qui ont voté pour elle».

Nicolas Sarkozy veut rassembler. Parler, «à chaque Français» et «tout mettre en œuvre pour rétablir l’autorité, le travail, le respect et le mérite» mais aussi «la fierté d’être Français». «Personne ne sera laissé pour compte», assure-t-il, en appelant tout le monde à «s’unir» à lui, «quels que soient les partis et les croyances».

La lutte contre le réchauffement climatique, priorité des priorités

L’international a occupé toute la seconde partie du discours de Nicolas Sarkozy. Il a d’abord lancé un appel à «tous les partenaires européens de la France» pour relancer la machine et «entendre la colère des peuples face aux craintes contre les menaces du monde». Un appel aux Etats-Unis aussi, pour les assurer de «l’amitié française». Mais de les prévenir, «être ami, c’est accepter que les autres pensent différemment». Et de leur demander «de ne pas faire obstacle à la lutte contre le réchauffement climatique». Car pour le futur président, il en va de «l’avenir de la planète» et cette lutte doit être «le premier des combats».

Enfin, Nicolas Sarkozy s’est adressé à l’Afrique, appelant «tous les pays de la Méditerranées à devenir le trait d’union entre l’Europe et l’Afrique». Il souhaite aider le continent à «vaincre la famine et la pauvreté pour laisser place à un développement ambitieux». Tous ces projets, Nicolas Sarkozy veut les inscrire dans une «nouvelle page de l'histoire française qui sera belle et grande».