«Nous atteler à un travail de rénovation»

Propos recueillis par Pierre Koetschet

— 

Le porte-parole de campagne de Ségolène Royal, Vincent Peillon, a estimé mercredi que la candidate PS "a fait la différence" lors du débat télévisé de mercredi soir, face à Nicolas Sarkozy "en permanence sur la défensive", "imprécis" voire "indécent" dans certains dossiers.
Le porte-parole de campagne de Ségolène Royal, Vincent Peillon, a estimé mercredi que la candidate PS "a fait la différence" lors du débat télévisé de mercredi soir, face à Nicolas Sarkozy "en permanence sur la défensive", "imprécis" voire "indécent" dans certains dossiers. — Franck Perry AFP/Archives

Vincent Peillon, porte-parole de Ségolène Royal, tire les enseignements de la large défaite de Ségolène Royal.

Quelle est votre réaction au résultat du deuxième tour?
Nous prenons acte de la victoire de Nicolas Sarkozy. Il y a eu une forte participation. C’est un vote démocratique qui s’est exprimé. Beaucoup de Français sont inquiets. Nicolas Sarkozy a construit cette victoire autour de l’union des droites, de l’extrême droite au centre-droit, sur ce projet qu’il a mené depuis un moment.

Nicolas Sarkozy a réussi en faisant l’union de la droite. Ségolène Royal a échoué parce qu’elle n’a pas fait l’union de la gauche?
Si, elle l’a fait. Si on regarde les reports, elle a fait le plein à gauche en nombre de voix. Elle a réussi à rassembler les gauches. La nouveauté, c’est que la droite a aussi réussi à rassembler. Sociologiquement, et politiquement, la droite est plus importante. Maintenant, se pose la question de la refondation. Il y a beaucoup de leçons à tirer de ce scrutin. Nous allons devoir nous atteler à un travail de rénovation, je le dis en tant que leader du NPS (nouveau parti socialiste).

Sarkozy est allé franchement à droite. Le PS doit aller franchement à gauche?
Je ne crois pas que ce soient les enseignements à tirer de ce scrutin. Nous devons offrir une vision de progrès, plus juste, plus républicaine. Mais je ne sois pas qu’il faut ressortir les vieilles lunes.