Prix Press Club, humour et politique: la deuxième salve de perles pour 2015

INSOLITE François Hollande, qui faisait partie de la première sélection, est de nouveau cité...

Christophe Quelais

— 

François Hollande le 9 mars 2015 à Paris
François Hollande le 9 mars 2015 à Paris — Alain Jocard Pool

Pour sa treizième édition, le jury du prix Press Club, humour et politique a publié ce jeudi sa deuxième sélection de «petites phrases».

Présidé par Jean Miot, ancien PDG de l'AFP, le jury, qui veut ainsi récompenser l’auteur de la phrase la plus hilarante de l’année, a choisi cinq nouvelles perles, volontaires ou non:

  • François Hollande, président de la République, lors de la libération de Serge Lazarevic: «Je demande aux Français de ne pas aller dans les zones à risques parce que c'est dangereux.»
  • Jean-Luc Mélenchon, député européen, leader du Parti de gauche, au Journal du Dimanche: «Ils peuvent toujours nommer Donald à l'Europe; c'est quand même Picsou qui commande.»
  • Jean-Pierre Mignard, président de la Haute Autorité du PS, à Libération: «J'ai été honoré de recevoir la Légion d'honneur; je ne suis pas assez important pour la refuser.»
  • Ségolène Royal, ministre PS de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie, au Figaro: «Il faut pousser les autobus propres.»
  • Michel Sapin, ministre PS des Finances et des Comptes publics, à propos du taux de croissance décevant: «C'est un chiffre faible, mais c'était celui que j'avais annoncé.»

Le jury a souhaité accorder une mention spéciale «para-politique» à Dodo la Saumure, pour cette phrase prononcée lors du procès du Carlton: «Certes, DSK ternit un peu ma réputation.»

Diaporama: les phrases sélectionnées en 2014

La première sélection, publiée au début de l'année, était la suivante:

  • François Hollande, lors de son discours du 11 novembre 2014: «Il n’y a rien de plus terrible pour un soldat déjà anonyme que de mourir inconnu.»
  • Jérôme Lavrilleux, député européen UMP à propos de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, à L'Express: «C’est la campagne la plus honnête qui ait jamais eu lieu.»
  • François Fillon, ancien Premier ministre UMP, à France Info: «Avant de juger les propositions d’Emmanuel Macron, je vais attendre qu’elles soient abandonnées.»
  • Patrick Mennucci, député PS, au Point: «Guerini dit qu’il n’est ni de droite ni de gauche; alors il est forcément du Milieu.»
  • Brice Hortefeux, député européen UMP, au Parisien: «Sarkozy a une règle: ne pas s’en prendre aux autres.»

Une dernière sélection aura lieu en juin et le prix sera remis à la fin juin. En 2014, le grand gagnant de ce drôle de prix avait été Alain Juppé pour son trait: «En politique, on n'est jamais fini. Regardez-moi!»