Un électeur dépose son bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 dans un bureau de vote à Saint-Cloud
Un électeur dépose son bulletin dans l'urne le 25 mai 2014 dans un bureau de vote à Saint-Cloud — Fred Dufour AFP

ELECTIONS

Vote obligatoire: Comment font les pays qui appliquent la règle

Le député écologiste François de Rugy va déposer une proposition de loi en ce sens cette semaine...

Alors que l'absention prévue aux élections départementales, les 22 et 29 mars, pourrait être très importante, le député Europe-Ecologie-Les Verts François de Rugy va déposer «cette semaine» une proposition de loi à l'Assemblée nationale pour rendre le vote obligatoire. En France, le vote est un droit et un devoir, et c'est tout. Mais dans plusieurs pays, comme la Belgique, le Luxembourg ou l'Australie, se rendre aux urnes est un acte contraint par la loi, sous peine de sanctions.

Lire aussi: De Rugy va déposer une proposition de loi pour rendre le vote obligatoire

De 30 à 60 euros d'amende en Belgique

La Belgique fait figure de pionnier. Le vote y est obligatoire depuis 1893. A l'origine, cette mesure a été prise pour lutter contre l'absentéisme et permettre aux travailleurs pauvres de se rendre aux urnes, sans pression de leurs employeurs qui auraient pu être tentés de leur imposer un jour de travail pour les empêcher de participer au scrutin. Les électeurs qui ne vont pas voter sans justification sont passibles d'une amende de 30 à 60 euros la première fois, et jusqu'à 150 euros s'ils récidivent. En cas d'abstention à quatre reprises sur une période de quinze ans, un électeur peut même être rayé des listes électorales pendant dix ans. Par ailleurs, il ne pourra plus recevoir de nomination ni de distinction d'une autorité publique. Résultat: aux denières élections, 89,64% des Belges ont voté, selon lemonde.fr. Toutefois, depuis 2003, aucun électeur n'a été sanctionné pour ne pas être allé voter, rappelle la RTBF (Radio télévision belge francophone). Le vote obligatoire est l'objet de débats récurrents en Belgique.

Contestation du vote obligatoire en Australie

En Australie, le vote est obligatoire depuis 1924. L'amende en cas d'abstention, qui varie selon les Etats et les territoires, peut atteindre 100 dollars australiens (71 euros) selon lemonde.fr. La sanction peut même aller jusqu'à une peine de prison dans de très rares cas. Le vote obligatoire est contesté par certains électeurs, qui refusent de payer leurs amendes. Les petits partis, eux, craignent que cette règle se traduise par un vote automatique en direction des grands partis, par manque d'informations ou d'intérêt politique de la part de certains électeurs. Selon lemonde.fr, 70% des Australiens se disent toutefois attachés au vote obligatoire.

La voix des démunis

«Dans les pays à vote obligatoire, le taux de participation est supérieur d’environ 12% à celui des pays à vote non obligatoire», notait Michel Hastings, professeur à Sciences-Po Lille, dans les colonnes de La Croix en 2012. «A cet effet multiplicateur de voix, il ajoute une vertu: il contribue à “rapatrier” dans le giron de la démocratie représentative des populations économiquement précarisées, géographiquement reléguées en zones périurbaines, et politiquement négligées par la grande majorité des candidats.» Les abstentionnistes sont effet en majorité les personnes «les plus démunies», souligne-t-il.