Taubira: «Quand je pleure, je pleure dans ma chambre»

POLITIQUE La ministre n'a pas voulu s'épancher sur les dernières attaques...

M.P.

— 

La ministre de la Justice Christiane Taubira le 18 février 2015 à Paris
La ministre de la Justice Christiane Taubira le 18 février 2015 à Paris — Patrick Kovarik AFP

Imperturbable. Invitée de RTL ce mercredi matin, Christiane Taubira n'a pas souhaité s'épancher sur les dernières attaques dont elle est victime, notamment de la part d'une conseillère municipale UMP de Juvisy-sur-Orge (Essonne). «C’est juste lamentable. Ça n’a pas d'importance. L’important n’est pas ma personne. Je pense qu’il vaut mieux avoir la décence de ne pas en parler en particulier quand on a mené des combats rudes dans sa vie et qu’on a eu le temps de se forger une capacité à résister. Voilà on n’est pas à plaindre», a expliqué la ministre de la Justice.

«Quand je pleure, je pleure dans ma chambre»

Et d'ajouter: «Moi je disais à mes enfants, car parfois mon fils aîné trouvait que je résistais à trop de situations, et je lui avais dit "mais quand je pleure, je pleure dans ma chambre". Donc même mes enfants n’ont pas à savoir si je souffre»

Elle était interrogée sur les propos rapportés par le Parisien de l'élue UMP francilienne, qui avait écrit sur son profil Facebook: «C’est pitoyable d’avoir une telle ministre. Elle vient de Cayenne, là où il y avait le bagne, qu’elle reparte là-bas vu qu’elle a toujours détesté la France.»

En milieu de journée, elle a reçu le soutien de François Hollande et Manuel Valls.