Départementales 2015: Manuel Valls est «l’agent électoral du FN» selon l’UMP… Le FN toujours en tête des intentions de votes...

JOURNAL DES DEPARTEMENTALES Thèmes du jour, polémiques, off… Toutes les infos qui font la campagne au quotidien sont à retrouver tous les jours sur «20 Minutes»...

Anne-Laëtitia Béraud avec AFP

— 

Le Premier ministre Manuel Valls le 7 mars 2015 au Parc des Princes.
Le Premier ministre Manuel Valls le 7 mars 2015 au Parc des Princes. — J.E.E/SIPA

Manuel Valls, «agent électoral du FN», selon Brice Hortefeux (UMP

L'UMP a accusé ce lundi Manuel Valls d'être «l'agent électoral du Front national» après la sortie dimanche du Premier ministre sur sa «peur» du FN, à moins de deux semaines des élections départementales (22-29 mars).

«Le rôle d'un Premier ministre n'est pas d'avoir peur, mais d'agir et d'obtenir des résultats. Et si Manuel Valls nous étale complaisamment ses états d'âme, c'est précisément parce que ce gouvernement n'obtient pas de résultats», a réagi Brice Hortefeux, ancien ministre de Nicolas Sarkozy, sur RTL.

Manuel Valls «invoque la peur», déplore Henri Guaino (UMP)

Le député UMP Henri Guaino a déploré lundi les «déclarations fracassantes» de Manuel Valls contre le FN, et assuré qu'on «fait le jeu» de ce parti en en parlant sans cesse. 

«Je ne crois pas qu'on lutte contre les peurs en suscitant ou en invoquant la peur », a dit l'élu des Yvelines, interrogé par iTELE. «Nous vivons depuis quelque temps au rythme des déclarations pour le coup fracassantes du Premier ministre», a ironisé le proche de Nicolas Sarkozy. «Il y a eu l'apartheid», «l'islamofascisme...». «La France ne se fracassera sur rien du tout», a tranché l'ex-plume de l'Elysée.

Une «catastrophe démocratique» du FN qu'avait pressentie Benoît Hamon

L'ex-ministre de gauche qui a rejoint le camp des frondeurs approuve les propos tenus par Manuel Valls dimanche. Quitte à rappeler qu'il avait fait ce constat il y a quelques mois, rappelle-t-il sur Europe 1 ce lundi. «Moi-même à l'automne j'avais dit qu'on se préparait à une catastrophe démocratique si on ne prenait pas en compte cette menace-là et si on ne changeait pas de politique», souligne Benoît Hamon. Avant de se poser en victime: «À cette époque-là, ça m'avait valu beaucoup de critiques et notamment de mon propre camp», a-t-il ajouté. 

Marine Le Pen répond à Manuel Valls

La présidente du FN a accusé ce lundi le Premier ministre de «haine» et de «discrimination» à l'égard des électeurs du FN et a a estimé qu'il devrait quitter Matignon en cas de lourde défaite du PS aux élections départementales. «A partir du moment où Manuel Valls va d'estrade en estrade, il est le directeur de campagne pour les départementales pour le Parti socialiste, si le Parti socialiste se prend une déculottée, alors je vois mal comment Manuel Valls peut ne pas démissionner le lendemain du second tour», a-t-elle déclaré à BFM TV.

>> Plus d'infos sur cette réaction par ici

>> Tous nos articles régionaux sur les départementales: à RennesLilleBordeaux,MarseilleNantesMontpellierToulouseStrasbourg, dans le Gard, le Var et le Vaucluse

Nicolas Dupont-Aignan et l'angoisse d'un Premier ministre angoissé

Le président du parti souverainiste Debout la France a expliqué qu'il est «assez angoissant d’entendre un Premier ministre angoissé», ce lundi sur France info. 

Le philosophe Michel Onfray qualifie Manuel Valls de «crétin»…

Alors que Manuel Valls avait accusé Michel Onfray de «perdre les repères» et de préférer l'intellectuel de la Nouvelle droite, Alain de Benoist, à Bernard-Henri Lévy. Le philosophe balance sur Europe 1 ce lundi: «Ça s'appelle un crétin», a déclaré Michel Onfray à propos du Premier ministre. «J'ai l'impression que Manuel Valls préfère une idée fausse, pourvu qu'elle soit de gauche, à une idée juste si elle de droite.» Et le philosophe d'ajouter: «J'ai vérifié dans le dictionnaire, ça s'appelle un crétin. Ce n'est pas insultant, c'est familier.» 

Michel Onfray s'en est aussi pris, sans le nommer, à François Hollande. «Si ce Monsieur oublie ce que je fais depuis treize ans, et plutôt que de m'inviter, on préfère inviter Joey Starr qui boit du whisky ou Julie Gayet ou Yannick Noah, en considérant que ce sont les seuls critères intellectuels qu'on ait à présenter, c'est leur affaire, mais ce n'est pas la mienne», a-t-il déclaré.

Le FN à 31% des intentions de vote

Le Front national figure en tête des intentions de vote (31%) pour le premier tour des départementales mais la droite pourrait rafler la mise et la gauche sauver les meubles au second tour, selon un sondage Odoxa pour RTL publié ce lundi. Cependant la perspective de conseillers départementaux issus du Front national suscite un rejet particulier, selon un sondage Harris Interactive publié lundi: 55% des Français estiment qu'il s'agirait d'« une mauvaise chose », contre 20% jugeant au contraire que ce serait « une bonne chose ». L'idée que le FN s'empare de la majorité du Conseil départemental suscite une opposition à peine supérieure (58%).