Elections départementales: Le FN en tête des intentions de vote

SONDAGE Mais la droite pourrait rafler la mise...

20 Minutes avec AFP

— 

Marine Le Pen en meeting, le 28 février 2015.
Marine Le Pen en meeting, le 28 février 2015. — CHAMUSSY/SIPA

 Le Front national figure en tête des intentions de vote (31%) pour le premier tour des départementales mais la droite pourrait rafler la mise et la gauche sauver les meubles au second tour, selon un sondage Odoxa* pour RTL publié ce lundi.

Au premier tour, le Front national est suivi par l'UMP et l'UDI dans les intentions de vote (29%), le PS étant troisième à 20%.

>> Quelles sont les conséquences politiques attendues?

Le Front de gauche recueille 8% des intentions de vote, Europe-Ecologie-Les Verts 4% et l'extrême gauche 1%. Les autres partis, dont le MoDem, totalisent 7%.

«Avec de tels scores nationaux l'objectif du FN de gagner au moins un des départements visés -parmi le Var,le Vaucluse, le Gard, l'Hérault, la Somme, l'Aisne, le Pas-de-Calais ou encore l'Oise- serait loin d'être hors de portée», écrit Gaël Sliman, le président d'Odoxa.

Mobilisation au second tour pour faire barrage

En cas de duel UMP-FN, 52% des électeurs du PS au premier tour voteraient UMP au second, 8% FN et 40% s'abstiendraient. En revanche, dans l'hypothèse d'un duel PS-FN au second tour, les électeurs UMP-UDI du premier tour seraient un peu plus nombreux à préférer le FN au PS (28% contre 27%) et 45% d'entre eux s'abstiendraient.

Dans l'hypothèse d'un duel PS-UMP, les électeurs FN seraient 50% à préférer l'UMP contre 5% le PS, 45% préférant s'abstenir.

Par ailleurs, si le PS risque d'être souvent absent des seconds tours, il pourrait disposer de réserves de voix à gauche là où il parviendra à se maintenir, surtout face au FN. 70% des électeurs qui ont voté extrême gauche au premier tour se mobiliseraient pour le PS au second en cas de duel PS-FN. Ils seraient 65% en cas de duel PS-UMP.

*Sondage réalisé par internet les 5 et 6 mars auprès d'un échantillon national représentatif de 880 personnes âgées de 18 ans et plus inscrites sur les listes électorales, hors Paris et métropole lyonnaise, constitué d'après la méthode des quotas.