VIDEO. Rama Yade trouve «dommage le manque d'idée neuves chez Sarkozy»

DROITE L'ex-ministre souligne que cette prudence ne lui ressemble pas...

20 Minutes avec AFP

— 

Rama Yade à Lyon le 2 mai 2014.
Rama Yade à Lyon le 2 mai 2014. — Pascal Fayolle/SIPA

Rama Yade, l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy, a trouvé «dommage» que l'ancien chef de l'Etat «manque d'idée neuves», ajoutant que cette «prudence» ne lui ressemblait pas, vendredi sur Sud Radio. «Pour l'instant, non, il n'y a rien de neuf dans les propositions (du président de l'UMP), et je trouve ça dommage», a affirmé Yade.

Retrouvez l'interview en intégralité en cliquant ici.

«L'homme est un transgressif, c'est un briseur de tabous, et là je le trouve très prudent. Sans doute par volonté de ne pas traumatiser l'UMP qui en est encore à panser ses plaies» mais «c'est une prudence qui ne lui ressemble pas», a-t-elle ajouté. Selon elle, «Nicolas Sarkozy est revenu sans qu'on ait vraiment l'impression qu'il soit parti. Donc l'effet de nouveauté s'est vite émoussé. Il n'a pas été transcendant pendant la campagne interne de l'UMP. Voilà pour les limites».

«Le Front national n'a pas à être l'arbitre de notre démocratie»

«Pour les atouts, l'UMP a le mérite d'avoir un chef, quoi qu'on en pense, qui a remis l'UMP sur les rails d'un fonctionnement à peu près correct». Pourrait-elle à nouveau «gouverner avec lui», lui a-t-on demandé. «Ca dépend pour quoi faire. Il n'y a pas d'automatismes».

Interrogé sur le «FNPS», la collusion supposée entre FN et PS dénoncée par Sarkozy, l'ancienne ministre a expliqué que ce dernier avait «voulu signifier une réalité électorale. A savoir que le Parti socialiste a intérêt à ce que le Front national surpasse l'UMP. C'est son intérêt objectif, parce que si le FN dépasse l'UMP, vous aurez beau jeu, au niveau de l'opinion, d'appeler à un Front républicain en faveur du parti socialiste».

«Le Parti socialiste a intérêt à ce que, électoralement parlant, je précise bien électoralement parlant, le Front national élimine l'UMP», a-t-elle insisté. «Le Front national n'a pas à être l'arbitre de notre démocratie. Mais le Front national ne m'intéresse pas, ce qui m'intéresse, ce sont les électeurs, ce sont les Français, ce sont nos partis politiques dont l'impuissance nourrit l'extrême droite», a-t-elle également affirmé.