Départementales: Ces candidats que le FN préfèrerait cacher

POLITIQUE Plusieurs candidats étiquettés ou soutenus par le Front national se sont illustrés, et pas de la meilleure des manière, récemment...

M.P.

— 

Le montage photo exhumé du compte Twitter de Mikaël Pinton par des internautes.
Le montage photo exhumé du compte Twitter de Mikaël Pinton par des internautes. — Capture d'écran Twitter

Pour les élections départementales de mars, le FN compte montrer une nouvelle fois qu’il est au centre de la vie politique, en présentant des candidats partout où il le peut. Quitte à donner son investiture ou son soutien à des candidats qui tiennent ou ont tenu des propos très très éloignés de l'image de respectabilité que le parti frontiste veut se donner. «Cela ne représente que 0,08% de nos candidats,ceux-là passeront en commission de discipline et seront probablement exclus...», s'est défendu Florian Philippot. Florilège non exhaustif.

A Rennes, on a ses têtes

Michaël Piton, qui était candidat dans le canton de Vitré (Maine-et-Loire) s’est fait récemment rattraper par la patrouille pour des tweets et messages Facebook datant de 2013. Même anciens, ses écrits (illustration de l'article) ont provoqué le lancement d'une procédure d’exclusion contre lui. Il avait diffusé des photomontages sur lesquels la tête de Pierre Bergé et celle de l'anthropologue Dounia Bouzar étaient la cible d’un fusil, un autre sur lequel Christiane Taubira était comparé à un singe…

A Bordeaux, c’est Pétain qu’on ressuscite

A quelques jours de la limite du dépôt des candidatures, le candidat FN Guillaume Jambard s’est vu retirer son investiture par le patron de la fédération locale du parti frontiste. Pourquoi? Il avait tout simplement fait la promotion de la devise du maréchal Pétain sur Twitter «Travail, famille, patrie».

Une battue «contre les arabes»

Elie Quisefit, investi par le FN pour les départementales, n'avait visiblement pas de filtre sur les réseaux sociaux. «Il y a des battues contre les sangliers... contre les loups... contre les lynx... contre les ours... Etc. Et si on organisait plutôt des battues contre les arabes, on sauverait peut-être la France», a-t-il par exemple écrit sur son profil Facebook, avant de le fermer en février. De l’humour «à la Charlie Hebdo», avait-il tenté de se défendre auprès des médias locaux, avant de présenter ses excuses «à la communauté musulmane»

Radié pour une kalachnikov

A Poitiers, un candidat FN, Daniel Dequaindry, a été radié des listes du parti fin février parce qu’en allant déposer sa liste en préfecture, il avait déclaré: «J'espère qu'on n'aura pas besoin de se battre pour coller les affiches car le Front national n'est pas tellement aimé. On ne va pas aller poser des affiches avec des kalachnikovs.» Un trait d’humour selon lui, mais qui n’est passé au FN, dont la fédération locale semble être plus sévère que d'autres en France.

Marine Le Pen = Hitler

Et dans l'esprit de Thierry Bresolin, le candidat FN dans canton de Teil (Ardèche), ce n'est pas vraiment une insulte. Sur son profil Facebook, il a posté ce statut plein d'emphase: «Marine, tu es la réincarnation d'Hitler. Toi, tu vas nettoyer la France, on conte [sic] sur toi!». Le tout accompagné d’une croix gammée, comme le rapportait le Dauphiné Libéré. Lui, a plaidé le piratage.

En Ariège, islam = Peste bubonique du XXIe siècle...

Chantal Clamer, candidate soutenue par le FN en Ariège, elle a multiplié les tweets rageurs contre les musulmans en janvier. «L’islam et les Mahométans sont la nouvelle peste bubonique du 21e siècle. A combattre, éliminer sans hésitation par tous les moyens possibles», a-t-elle par exemple twitté début janvier. Sa défense? Qu’il n’y ait pas assez de caractère sur Twitter pour préciser «islam radical». Ses insultes sur les lesbiennes? C'est pas elle mais des adolescents qui ont eu accès à son compte... Elle reste investie, même si Louis Aliot «condamne» ses propos.

...Dans l'Aveyron, c'est «mort aux juifs»

Dans l’Aveyron, le FN a fini par exclure l’un de ses candidats, Alexandre Larionov et donc lui retirer son investiture. Le parti avait-il seulement le choix? Le jeune homme est en effet poursuivi pour «provocation à la haine raciale» pour avoir souhaité sur son mur Facebook la destruction «un fois et pour toujours» des juifs.

Najat Vallaud-Belkacem, «pute à PD»

Un des candidats FN de Seine-Saint-Denis tente de faire oublier comme il le peut ses dérapages incontrôlés sur Twitter. Sur son compte Twitter ouvert sous le pseudi @titifoso (désormais fermé mais quelques exemples sont visibles ici), Jean-Marc Buccafurri s’est lâché, notamment contre la ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem, qu'il a qualifié de «pute à PD» ou Benjamin Biolay, qu’il a menacé de mort. Après les attentats à Paris, il a tweeté: «Le GIGN a réussi là où l’éduc-nationale a échoué. Ils ont réussi à mettre du plomb dans la tête d’un arabe» (toujours visible en cache ici). Malgré tous les indices qu’il a laissés, il maintient que ce compte n’est pas le sien auprès de la direction du FN.

Zoophilie = homosexualité

La semaine dernière, c’est le chef de file du FN au Mans, Louis Noguès, par ailleurs candidat FN aux départementales qui y est allé de sa sortie de route. En plein débat au conseil municipal, lors d’une discussion sur l’actualisation d’une charte LGBT, il avait  comparé l’homosexualité à la zoophilie.Résultat: il est suspendu par le FN. 

«Rentrez chez vous»

Antoine Ormain, candidat FN à Angers, royaliste assumé, a aussi profité de son compte Twitter pour écrire tout le bien qu'il pense des étrangers, mais aussi des juifs...avant de devoir le fermer fin février après la polémique. La commission de discipline du FN l’entendra… mais après les élections.