Frondeurs PS: 65% des Français jugent normal qu'ils s'opposent au gouvernement

SONDAGE 70% estiment eux que le PS devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne»...

20 Minutes avec AFP
Arnaud Montebourg, illustration.
Arnaud Montebourg, illustration. — APERCU/SIPA

Les députés frondeurs au sein du Parti socialiste recueillent 55% de bonnes opinions, 65% des Français jugeant «normal» qu'ils s'opposent au gouvernement et 70% estimant que le PS devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne», selon un sondage Odoxa publié dimanche dans Le Parisien.

A la question «quelle opinion avez vous des frondeurs, ces députés socialistes qui s'opposent à certaines décisions du gouvernement parce qu'ils ne les jugent pas assez à gauche ?», 55% des Français répondent qu'ils ont une «bonne» opinion et 45% une «mauvaise».

Pour 69%, ils ont «des convictions profondes»

Interrogés sur le fait qu'il soit «normal» ou non que les frondeurs «s'opposent à certaines décisions du gouvernement», 65% des sondés répondent par l'affirmative assurant qu'«il faut avant tout qu'ils donnent leur avis sur les décisions prises». Au contraire, 33% estiment «qu'il faut avant tout qu'ils soient solidaires des décisions prises». Pour 69%, ils ont «des convictions profondes», 59% les jugeant également «courageux» et 52% «proches des préoccupations des Français».

Parallèlement 55% les jugent «juste comme il faut, ni trop ni pas assez à gauche», 29% «trop à gauche» et 14% «pas assez à gauche». 70% des personnes interrogées estiment que le Parti socialiste devrait «rappeler à François Hollande ses engagements de campagne» contre 29% qui souhaitent qu'il soutienne le chef de l'Etat «dans sa politique actuelle». Parmi les personnalités socialistes représentant le mieux les idées des frondeurs, Arnaud Montebourg arrive en tête avec 41% des suffrages, Benoît Hamon le suit avec 29% juste devant Martine Aubry (27%).

L'enquête a été réalisée auprès d'un échantillon représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus de 1.003 personnes interrogées par internet les 26 et 27 février.