Hollande est aux Philippines pour parler climat

ENVIRONNEMENT Un «Appel de Manille» en faveur d'un accord à Paris sera lancé par la voix de Marion Cotillard ce jeudi…

20 Minutes avec AFP

— 

Le président Francois Hollande marche aux côtés de l'ancien président et maire de Manille Joseph Estrada à Manille, capitale des Philippines, le 26 février 2015.
Le président Francois Hollande marche aux côtés de l'ancien président et maire de Manille Joseph Estrada à Manille, capitale des Philippines, le 26 février 2015. — AFP

François Hollande arrive à Manille avec deux actrices de choix dans ses valises. Marion Cotillard et Mélanie Laurent accompagnent le président français qui est arrivé ce jeudi aux Philippines pour une visite de 48 heures dominée par les enjeux du réchauffement climatique, à dix mois de la Conférence mondiale sur le climat.

Au premier jour de cette visite, un «Appel de Manille» en faveur d'un accord à Paris sera lancé par la voix de l'actrice Marion Cotillard. Vendredi, François Hollande fera une brève escale sur l'île de Guiuan, ravagée par le typhon Haiyan en 2013.

«Laisser une trace»

«Un président français visite enfin les Philippines pour la première fois depuis que des relations diplomatiques ont été nouées avec la France en 1947», se félicitait jeudi le quotidien anglophone The Philippine Star.

Le chef de l'Etat français avait proclamé fin novembre sa volonté de «laisser une trace» dans l'histoire en arrachant un «accord historique sur le climat» -universel et contraignant- à l'issue de la conférence de Paris qui doit réunir 195 pays.

Se disant «effrayé» par les conséquences du réchauffement climatique, François Hollande parcourt le monde depuis plusieurs mois pour appeler à la mobilisation, des Nations unies au Forum de Davos et du Canada aux îles du Pacifique.

Eviter la réédition de l'échec de la Conférence de Copenhague

La France entend ainsi éviter à tout prix la réédition de l'échec de la Conférence de Copenhague en 2009.

L'archipel des Philippines est l'un des pays les plus touchés au monde par l'élévation des températures. D'une violence inouïe, sans précédent dans les annales, le super typhon Haiyan et ses vents soufflant à 230 km/h avaient fait plus de 7.350 morts le 8 novembre 2013, rasant villes et villages.

Chaque année, les Philippines, un pays en développement de 100 millions d'habitants, sont balayées de juin à octobre par une vingtaine de violentes tempêtes et de typhons. Et leur fréquence augmente.