Jean-Marie Le Guen: «Les frondeurs ne sont pas rentrés dans le jeu parlementaire»

PARTI SOCIALISTE Le secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement n'est pas tendre avec l'aile gauche frondeuse de son parti...

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Marie Le Guen à l'Assemblée nationale le 19 février 2015.
Jean-Marie Le Guen à l'Assemblée nationale le 19 février 2015. — ZIHNIOGLU KAMIL/SIPA

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, a reproché dimanche aux députés socialistes frondeurs de ne pas être «rentrés dans le jeu parlementaire» lors du débat sur la loi Macron, pour lequel le gouvernement a dû recourir au 49-3.

«Les frondeurs ne sont pas rentrés dans le jeu parlementaire», a affirmé le ministre sur iTélé. «Depuis des années, depuis d'ailleurs que François Hollande a été élu et qu'il y a une nouvelle majorité, il y a des gens qui se sont affranchis des règles collectives et qui votent systématiquement contre tous les textes importants». «Est-ce que ça pose problème? Sincèrement oui», a-t-il reconnu.

«Une certaine gauche qui est dans le déni de la réalité»

Les «frondeurs» de l'aile gauche du parti ont contraint mardi le gouvernement, en raison de leur opposition résolue à la loi Macron, à avoir recours à la dernière minute à l'article 49-3 de la Constitution pour faire passer de force le projet de loi. Plusieurs avaient annoncé leur intention de voter contre le texte.

«Il y a une certaine gauche qui est dans le déni de la réalité, qui est totalement tournée vers ses règlements de comptes internes, où le sectarisme l'emporte sur d'autres considérations», a-t-il poursuivi. «Je trouve ça très triste au regard de la situation particulièrement grave dans laquelle nous sommes aujourd'hui: la montée de l'extrême droite (...) une crise économique, un chômage qui durent.»

«Je pense qu'il est temps qu'une certaine gauche, une certaine gauche de la gauche, une certaine gauche radicale soit à la hauteur de la situation, tout en gardant ses critiques», a-t-il dit.