VIDEO. Motion de censure: Il est «interdit de voter contre le gouvernement», prévient Bruno Le Roux à l'attention des frondeurs

INTERVIEW C'est ce qu'estime le président du groupe PS à l'Assemblée nationale ...

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

Bruno Le Roux le 16 septembre 2014 à l'Assemblée nationale à Paris
Bruno Le Roux le 16 septembre 2014 à l'Assemblée nationale à Paris — Patrick Kovarik AFP

De notre journaliste à l'Assemblée nationale

Une motion de censure déposée par l'UMP et l'UDI, et soutenue par quelques députés d'extrême gauche, a été déposée contre le gouvernement après le recours à l'adoption sans vote de la loi Macron. Entretien à l'Assemblée nationale avec Bruno Le Roux, président du groupe parlementaire PS, à propos de ce vote exceptionnel.

Comment faire tenir la majorité aujourd'hui?

On ne peut imaginer que nous ne mettions pas à plat les procédures pour vivre ensemble. Il faut que la majorité soit respectée, tout en accordant à ceux qui ont une voix discordante de se faire respecter.

>> Tous les événements à l'Assemblée nationale ce jeudi après-midi

Comment va se passer la prochaine réunion des députés PS avec les frondeurs?

J'ai cru comprendre que beaucoup ne seraient pas là. Mais je vais prendre le temps de voir ceux qui seront là, et de discuter avec eux...Je veux mettre chacun devant ses responsabilités et la réalité. La réalité, ce sont des personnes qui critiquent les socialistes et leurs divisions. Et ils ont raison d'être mécontents de voir que des socialistes posent des problèmes à des socialistes.

>> Ce qui va se passer ce jeudi avec la motion de censure

Comment vivez-vous cette situation en tant que président du groupe PS à l'Assemblée nationale?

Je la vis comme ayant 250 députés socialistes en colère, très en colère... et 30 députés qui veulent faire entendre une autre voix. Je souhaite essayer de trouver les moyens pour que ces 30 députés se fassent entendre parce qu'ils considèrent que c'est plus important que tout autre chose de se faire entendre, et en même temps que la majorité se fasse respecter.

C'est faire et laisser faire?

C'est édicter ce qui est possible, ce qui est dérogatoire, et dire ce qui est interdit. Et ce qui est interdit, c'est de voter contre la majorité et le gouvernement.

Est-ce un ultimatum aux frondeurs?

Oui.