Motion de censure: «L'Assemblée sert de préparation au congrès du PS pour les frondeurs»

INTERVIEW C'est ce qu'estime le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Ollier...

Propos recueillis par Anne-Laëtitia Béraud

— 

Patrick Ollier, à l'Assemblée nationale, en février 2013.
Patrick Ollier, à l'Assemblée nationale, en février 2013. — JACQUES DEMARTHON / AFP

De notre journaliste à l'Assemblée nationale

Une motion de censure déposée par l'UMP et l'UDI, et soutenue par quelques députés d'extrême gauche, a été déposée contre le gouvernement après le recours à l'adoption sans vote de la loi Macron. Entretien à l'Assemblée nationale avec le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Ollier à propos de  ce vote exceptionnel...

Comment jugez-vous la majorité aujourd’hui ?

C’est assez instructif. Les députés élus aux législatives sous l’étiquette «Hollande» qui s’opposent aujourd'hui au chef de l'Etat prennent des responsabilités très lourdes. Il n’y a plus de cohésion dans la majorité de gauche. Et en tant que membre de l’opposition, je me pose la question de savoir comment le président de la République et le Premier ministre Manuel Valls vont pouvoir gouverner la France sans majorité cohérente à l’Assemblée nationale.

>> Suivez le vote sur motion de censure en direct

A quoi sert cette motion de censure?

Il est normal que lorsqu’il y ait un recours au 49-3, l’opposition réagisse en déposant une motion de censure. Sinon, cela voudrait dire que l’opposition laisse faire. Avec cette motion de censure, c’est l’occasion, pour l’opposition, de dire à la tribune de l’Assemblée nationale, ce qu’elle pense de la politique globale du gouvernement et notamment sur le plan économique, sociale et sécuritaire.

Le gouvernement a-t-il toujours une majorité?

Cette majorité est aujourd’hui incertaine. Arithmétiquement, le groupe socialiste est toujours composé du groupe des frondeurs, mais ils ne sont pas au rendez-vous des grands textes du gouvernement. Il y a quelque chose d’existentiel pour le gouvernement et que l’opposition regarde avec gourmandise. Ce sont des événements sur lesquels nous ne pouvons pas intervenir [l’opposition, minoritaire, ne dispose pas de 289 voix pour renverser le gouvernement] mais nous allons regarder avec beaucoup d’attention les discours et les résultats.

Les frondeurs cherchent-ils à se compter d’ici le congrès du Parti socialiste, en juin prochain?

En vérité, l’Assemblée nationale sert de préparation au congrès du PS qui se tiendra à Poitiers en juin prochain. C’est choquant que ces opérations politiciennes se traduisent par des attitudes au sein de l’Assemblée nationale. On ne prépare pas des congrès à l’Assemblée nationale. Et donc, tant que le congrès du PS ne sera pas passé, les escarmouches continueront et le gouvernement ne pourra pas agir.

Que fera donc le gouvernement?

La suite sera compliquée pour le gouvernement car il peut utiliser une seule fois le 49-3 sur un texte en une session. Cela veut dire qu’il ne pourra plus faire passer de texte important pour réformer la France dans les mois qui viennent. Le gouvernement assumera seulement la gestion des affaires courantes.