Jean-Marie Le Pen le 29 novembre 2014 à Lyon.
Jean-Marie Le Pen le 29 novembre 2014 à Lyon. — Laurent Cipriani/AP/SIPA

POLITIQUE

Jean-Marie Le Pen favorable à des alliances «au cas par cas» avec l'UMP

Il fixe des conditions pour conclure de tels accords lors des élections départementales

Jean-Marie Le Pen s'est dit jeudi favorable «au cas par cas» à des alliances du Front National avec des candidats UMP lors des prochaines élections départementales si ces derniers acceptent quelques «obligations» que le FN va «déterminer» en bureau politique.

Comme RTL lui demandait s'il était favorable à des alliances avec l'UMP pour les départementales (22-29 mars), Le Pen a répondu: «Absolument, au cas par cas, si les candidats répondent aux deux, trois, quatre obligations que nous allons déterminer avec le bureau politique.» Quelles obligations ? «Immigration, sécurité, chômage, dette, les grandes lignes du Front National». Car c'est le FN qui est «en position de force», a-t-il dit.

Une «fracture» entre la direction de l'UMP et la base

Au sein de l'UMP, «il y a une fracture entre la direction» du parti, «qui est, dans le fond, de l'établissement, alors que la base, elle, est au contact des réalités, est résolument contre le gouvernement».

«La prise de position prise par (Nathalie) Kosciusko-Morizet et (Alain) Juppé», qui auraient voté pour le candidat PS dans le Doubs face au candidat FN, «était tellement nette en faveur des socialistes qu'elle n'a pu que choquer la très grande majorité des électeurs UMP», a estimé Le Pen.

Le président d'honneur du FN, par ailleurs, voterait la censure «sans hésiter et quelque soient les alliés» contre le gouvernement Valls dont il «condamne» la politique. Une dissolution n'est «pas impossible. Ce serait démocratique. Mais la majorité socialiste ne l'acceptera jamais.»