Sarkozy assume sa différence

DIRECT Le candidat UMP invité de TF1...

— 

Nicolas Sarkozy, candidat UMP à la présidentielle 2007 sur TF1 pour «Face à la Une»
Nicolas Sarkozy, candidat UMP à la présidentielle 2007 sur TF1 pour «Face à la Une» — Reuters

Nicolas Sarkozy, invité de TF1 dans l'émission «Face à la une», a expliqué qu'il ne souhaitait pas de débat contradictoire avec François Bayrou. «Qu'il y ait un dialogue, pourquoi pas.»

«L'UDF a sa place dans la future majorité présidentielle», a précisé Nicolas Sarkozy. Le candidat UMP a préféré recentrer l'affrontement entre les deux prétendants qualifiés pour le second tour.

«Je veux être le candidat qui rassemble le peuple de France, et pas celui qui négocie avec les partis politiques.»

Nicolas Sarkozy a réfuté l'idée d'une «droitisation» de la France au vue des résultats du premier tour, il a précisé avoir fait du travail le thème principal de la campagne.

«Que chaque Français soit fier de la France»

«L'intégration ne fonctionne plus parce qu'on ne parle plus de la France», a expliqué Nicolas Sarkozy, pour justifier la création d'un ministère de l'Immigration et de l'Identité nationale. «Je veux que chaque Français soit fier de la France et de son histoire.»

Nicolas Sarkozy a réitéré son refus de réorganiser un référendum sur les institutions européennes. Il souhaite néanmoins négocier un traité simplifié pour «débloquer la situation en Europe.» Il a précisé:«Je veux me servir de l'Europe pour protéger les Français face à la mondialisation. je ne veux pas que l'Europe soit un cheval de Troie de la mondialisation.»

Sur la politique internationale, Nicolas Sarkozy a rappelé que pour lui, il était inacceptable que l'Iran ait l'arme nucléaire. Il a proposé des sanctions. «Nous ne pouvons pas faire preuve de faiblesse en la matière.»

Nicolas Sarkozy a réfuté l'idée d'un quelconque droit d'inventaire sur le bilan de Jacques Chirac. il a au contraire salué ses choix sur l'Irak ou son «attachement viscéral à l'Afrique.»

«5% de chômage à la fin de mon mandat.»

Nicolas Sarkozy s'est ensuite engagé sur le plein emploi, «5% de chômage à la fin de mon mandat.» «Les 35 heures, ça me va, mais comme un minimum», a précisé le candidat UMP.

Autre proposition économique, le service minimum. Nicolas Sarkozy envisage de laisser l'été 2007 aux partenaires sociaux pour se mettre d'accord, sinon, il légifèrera. Il a aussi rappelé qu'il entendait instaurer un bouclier fiscal à 50% des revenus.

Sur la sécurité, Nicolas Sarkozy a pris «un engagement solennel devant les Français» de punir très sévèrement les multi-récidivistes dès l'été 2007. Ce projet de loi permettra aussi de punir les mineurs multi-récidivistes comme des majeurs. Dernière disposition, la création d'une prison-hôpital dans chaque département.

«Vous aurez le devoir de vous levez tôt»

«Vous aurez le devoir de vous levez tôt» a rappelé Nicolas Sarkozy aux jeunes à qui il entend donner une formation.

Il a rappelé son engagement de nommer un gouvernement resseré de quinze membres, «la meilleure équipe de France», avec une moitié de femmes, et eventuellement des membres de l'UDF.

Nicolas Sarkozy n'a pas voulu préciser s'il s'intallerait à l'Elysée «avec femme et enfants», mais il habitera bien à l'Elysée.

«Ce qui est difficile, ce n'est pas le débat, c'est de convaincre 44 millions de Français.»

Nicolas Sarkozy a cité la pugnacité comme qualité principale de Ségolène Royal, mais n'a pas voulu citer de défaut «ce serait discourtois.»