Cacophonie sur le débat

PRESIDENTIELLE Royal en veut, Bayrou aussi, mais pas comme ça… Et Sarkozy…

— 

Ségolène Royal a déclaré mardi à des journalistes que si François Bayrou rejoignait le "pacte présidentiel" proposé aux Français, "bien sûr" il y aurait des ministres UDF au gouvernement.
Ségolène Royal a déclaré mardi à des journalistes que si François Bayrou rejoignait le "pacte présidentiel" proposé aux Français, "bien sûr" il y aurait des ministres UDF au gouvernement. — Bertrand Guay AFP

Réponse immédiate. Ségolène Royal a proposé mercredi après-midi à François Bayrou de participer, avec elle, à un forum de la presse régionale, vendredi à 11 heures, pour apporter «des éclaircissements sur un certain nombre de points de (son) pacte présidentiel».

Elle répondait au patron de l'UDF. Moins de deux heures avant, au cours de sa conférence de presse tant attendue, François Bayrou avait accepté de débattre avec elle. Une idée lancée par la candidate socialiste, lundi soir à Valence.

C'est maintenant au tour de François Bayrou de faire la fine bouche. Le leader centriste a demandé à ce que le débat soit télévisé, quand Ségolène Royal lui propose d'intervenir devant la presse régionale.

Grincement au Parti socialiste

Reste que la stratégie d'ouverture de Ségolène Royal est loin de plaire à l'ensemble des cadres du PS. Ça grince notamment sur son offre, faite mercredi en marge d'une réunion publique à Montpellier, de proposer des ministères aux centristes et «d'ajouter des choses» à son programme.

Elle donc pris son de préciser qu'elle ne voulait «pas revenir en arrière sur des débats qui auraient dû avoir lieu avant le premier tour». Ce qui signifie, dans son esprit, qu'il ne s'agit pas de modifier son pacte. «Ce serait ne pas respecter les électeurs», a-t-elle estimé.

Ségolène Royal a relevé en outre la «sévérité» avec laquelle François Bayrou a caractérisé le projet de Nicolas Sarkozy lors de sa conférence de presse.

UMP
Pas de débat à attendre entre Français Bayrou et le candidat de l'actuelle majorité: Nicolas Sarkozy a repoussé cette éventualité ce mercredi soir sur TF1.