Conférences rémunérées: Raffarin et Fillon défendent Sarkozy

REACTIONS Les anciens Premiers ministres UMP défendent le chef du parti...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy et François Fillon au siège de l'UMP le 2 décembre 2014 à Paris
Nicolas Sarkozy et François Fillon au siège de l'UMP le 2 décembre 2014 à Paris — Lionel Bonaventure AFP

Une défense à l'unisson. Les deux anciens Premiers ministre UMP, Jean-Pierre Raffarin et François Fillon, ne trouvent rien à redire aux conférences rémunérées données par le président de leur parti Nicolas Sarkozy, comme celle faite à Abou Dhabi le 2 février.

Interrogé par BFMTV à propos de la conférence donnée par l'ancien chef de l'Etat le lundi suivant le premier tour de la législative dans le Doubs, le sénateur de la Vienne a éludé: « Ce sont des informations qui n'ont pas beaucoup d'importance ».

«Pas à juger en permanence»

« J'entends qu'il y a des centaines de jihadistes dans mon pays, je passe devant des écoles », où l'on voit « des militaires armés et on me parle des escapades de Nicolas Sarkozy ? », s'est agacé celui qui fut chef de gouvernement de Jacques Chirac. « Qu'il y ait des activités internationales, ce n'est pas quelque chose qui me préoccupe ».

« Pour moi, ce n'est pas un problème », « bien sûr qu'il fait ce qu'il veut, il est responsable et c'est ça notre démocratie, que chacun aille devant les Français et prenne ses responsabilités », « je n'ai pas à juger en permanence », s'est agacé le sénateur.

Sur France 5, François Fillon a commenté : «Chacun est libre de conduire sa vie comme il l'entend, il m'arrive d'en faire (des conférences rémunérées), pas au même niveau » de rémunération.

« Ca ne me choque pas », a poursuivi celui qui fut le Premier ministre de tout le quinquennat Sarkozy. « Il y a des gens qui écrivent des livres, qui font des émissions de télévision, c'est un faux procès qu'on lui fait ».