Législative du Doubs: Participation en nette hausse, le scrutin clos à 18h

ELECTION Le scrutin a été érigé en enjeu électoral...

20 Minutes avec AFP

— 

Le 8 février 2015 à Pont-de-Roide. Le candidat PS Frédéric Barbier à la législative partielle dans le Doubs arrive au bureau de vote.
Le 8 février 2015 à Pont-de-Roide. Le candidat PS Frédéric Barbier à la législative partielle dans le Doubs arrive au bureau de vote. — Alain ROBERT/Apercu/SIPA

La mobilisation des électeurs du Doubs était en nette hausse à 43,49% à 17 heures dimanche au deuxième tour de la législative partielle dans le Doubs, contre 34,45% au 1er tour à la même heure, dans le duel serré PS-FN, selon la préfecture. Les bureaux de vote ont fermé à 18h.

Le scrutin érigé en enjeu électoral national par la classe politique, oppose dans la 4e circonscription la candidate du Front national, Sophie Montel, 45 ans, arrivée en tête du 1er tour avec 32,60% des voix, au socialiste Frédéric Barbier (28,85%), 54 ans, après l'échec du candidat UMP Charles Demouge (26,54% des voix) au 1er tour dimanche dernier.

Report des voix UMP

16,25% des électeurs de la 4e circonscription du Doubs, avaient voté dimanche à midi contre 14,38% à la même heure lors du 1er tour dimanche dernier, selon les chiffres de la préfecture.

66.826 électeurs sont appelés aux urnes dans le Doubs. L'abstention, l'une des clés de cette élection, s'était élevée au 1er tour à 60,5%.

Cette partielle, destinée à pourvoir le siège laissé vacant dans la 4e circonscription par Pierre Moscovici après son départ pour la Commission européenne, a été érigée en test par l'ensemble de la classe politique avant les départementales prévues fin mars.

Candidate FN déjà eurodéputée

Pour l'emporter, le candidat socialiste doit compter sur un report de voix des électeurs de l'UMP. Une victoire du candidat socialiste mettrait un coup d'arrêt à une série noire pour le PS, qui n'a pas gagné une des treize élections partielles organisées depuis le début du quinquennat de François Hollande.

Si Sophie Montel l'emportait, elle deviendrait la troisième députée à siéger au Palais Bourbon. La candidate du FN s'est déclarée prête à quitter son poste d'eurodéputée.