Nicolas Sarkozy remporte le grand prix 2014 du menteur en politique

POLITIQUE «Pour ses 17 mensonges répétés en boucle pendant sa campagne de réélection à la présidence de l’UMP», l'ancien chef de l'Etat est primé. Jérôme Cahuzac ou encore Jean-Pierre Jouyet sont aussi récompensés...

M.B.
— 
Nicolas Sarkozy à Tourcoing, le 29 janvier 2015
Nicolas Sarkozy à Tourcoing, le 29 janvier 2015 — Philippe Huguen AFP

«Les merdes, ça vole toujours en escadrille!» disait Jacques Chirac. Une expression que Nicolas Sarkozy pourrait bien reprendre à son compte. Jugez plus tôt.

Un retour en politique pas aussi réussi qu'espéré

Après la défaite du candidat UMP dès le premier tour de la législative partielle dans le Doubs dimanche, le patron de l’UMP n’a pas réussi à imposer sa ligne de conduite en vue du deuxième tour. Il voulait appeler les électeurs à voter contre le FN, sans donner de consigne de vote. Mais le  bureau politique de l’UMP a voté en faveur du «ni ni» (ni PS, ni FN). De quoi renforcer le sentiment que son retour sur la scène politique n’est aussi réussi qu’il aurait pu l’espérer.

>> A lire aussi: «Il y a une fracture au sein de l'électorat de l'UMP» sur la législative dans le Doubs

24 heures plus tard on apprenait qu’au moment où l’UMP se déchirait pour adopter une position commune, Nicolas Sarkozy, prenait un avion en direction d’Abu Dhabi, afin de donner une lucrative conférence privée.

>> A lire aussi: Nicolas Sarkozy peut-il continuer à donner ses conférences à l’étranger?

Inciter la classe politique à moins mentir

Mais ce n’est pas tout. L’ancien chef de l’Etat vient de se voir décerner ce vendredi le grand prix 2014 du menteur en politique «pour ses 17 mensonges répétés en boucle pendant sa campagne de réélection à la présidence de l’UMP».

Une «distinction décernée avec humour pour inciter la classe politique à moins mentir, pour sensibiliser le journalisme politique à l’importance du fact-checking, et pour encourager le grand public à vérifier la véracité de ce que dit le personnel politique», explique le politologue Thomas Guénolé président du jury.

>> La liste des nominés est à retrouver par ici

Une semaine difficile pour Nicolas Sarkozy alors que l'UMP réunit son Conseil national samedi à la Mutualité à Paris pour préparer les départementales de mars, avant sa refondation voulue par l’ancien président de la République pour asseoir son autorité.

Mais Nicolas Sarkozy n’est pas le seul à avoir été récompensé par le jury du prix du menteur en politique». Le prix spécial du jury, composé de journalistes du Figaro, de Libération, de Slate, de RMC ou encore du Monde, a été décerné à Jérôme Cahuzac pour l’ensemble de son œuvre. Le Prix «Un certain regard»  a été accordé au secrétaire général de l’Elysée, Jean-Pierre Jouyet, «pour son poker menteur raté dans l’affaire Jouyet-Fillon, car démentir son propre démenti repousse les limites de la créativité mensongère.»

L’UMP Guillaume Pelletier, lui, a récolté le prix du jeune espoir prometteur, notamment sur le coût des syndicats, sur les retraites.