Législative partielle du Doubs: «Non au FN» mais «on laisse les électeurs choisir», dit Sarkozy

POLITIQUE Le président de l'UMP ne veut pas donner de consignes de vote...

Maud Pierron

— 

Nicolas Sarkozy à l'issue d'un déjeuner avec les anciens Premiers ministres UMP, le 20 janvier 2015 à Paris
Nicolas Sarkozy à l'issue d'un déjeuner avec les anciens Premiers ministres UMP, le 20 janvier 2015 à Paris — Eric Feferberg AFP

Finalement, il ne faudra pas attendre la fin du bureau politique de l'UMP ce mardi soir pour connaître la position officielle de l'UMP sur le second tour de la législative partielle du Doubs. En effet, devant le groupe UMP à l'Assemblée, Nicolas Sarkozy a fini par donner sa vision du «ni-ni»: «non au FN» mais «on laisse les électeurs choisir».

>> Pourquoi le Front républicain n'est plus une option pour l'UMP

«Une victoire du FN au plan national n'est plus hypothétique», a-t-il prévenu. Dans ce contexte, «nous ne donnons pas de consignes de vote» aux électeurs du Doubs «mais nous leur demandons de prendre en compte cette dimension», a-t-il dit.

Juppé détonne

Peu de temps avant, François Fillon avait aussi pris la parole devant le groupe UMP pour donner son point de vue, pas si éloigné de celui du président de l'UMP. L'ex-Premier ministre s'est déclaré en faveur du «ni-ni», ni FN ni PS, jugeant «impossible de voter PS». «Pas de complaisance avec le FN, pas d'indulgence avec le PS», a déclaré l'ancien Premier ministre, pour qui il est «impossible de voter pour le PS».

L'ex-Premier ministre intervenait après qu'Alain Juppé, candidat déclaré à la primaire UMP, a indiqué que s'il était électeur dans le Doubs, il voterait PS pour «faire barrage» au FN.