Législative partielle du Doubs: Manuel Valls et Bernard Cazeneuve sur place cette semaine

POLITIQUE Le gouvernement envoie son «équipe de choc» tandis que Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, «demande officiellement» à l'UMP de soutenir le PS...

20 Minutes avec AFP
— 
Le Premier ministre Manuel Valls sur le Bund à Shanghai, le 31 janvier 2015
Le Premier ministre Manuel Valls sur le Bund à Shanghai, le 31 janvier 2015 — Johannes Eisele AFP

L'ordre est à la mobilisation. Cette semaine, le Premier ministre, Manuel Valls fera un déplacement dans le Doubs aux côtés du candidat PS, Frédéric Barbier, tandis que le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve tiendra, lui, un meeting de soutien, selon les informations de RTL. «On va mettre en avant les hommes du 11 janvier, pour transformer l'unité nationale en unité républicaine face au FN», résume un haut dirigeant socialiste.

«Il faut battre le Front national»

De son côté, Jean-Christophe Cambadélis, premier secrétaire du Parti socialiste, «demande officiellement» à l'UMP de soutenir le PS face au FN lors du second tour de cette législative partielle du Doubs, attribuant un possible refus de Nicolas Sarkozy à sa stratégie en vue de 2017.

«C'est un premier round, nous l'avons emporté, tout du moins dans les partis républicains. Aujourd'hui, il faut battre le Front National. Or, ce n'est pas fait. Il faut la mobilisation de tous, de tous les partis républicains», a-t-il déclaré sur LCI et Radio Classique. Il «demande officiellement» une prise de position de l'UMP, qui se prononcera mardi à l'issue de son bureau politique. Mais la stratégie divise au sein de l'UMP sur la position à adopter.

Enfin, le Parti communiste a appelé les électeurs de la 4e circonscription du Doubs «à faire barrage à l'élection à l'Assemblée d'une députée FN en votant Frédéric Barbier». «Comme l'a montré son attitude lors de la manifestation du 11 janvier, le FN ne se nourrit que des divisions du peuple français. C'est un parti de guerre civile», écrit le Parti communiste dans un communiqué.